25 mai 2015

Nash, le mathématicien (par Villani)

John Nash vient de décéder. Vous trouverez dans les journaux tout un tas de résumés plus ou moins bons de ses travaux (souvent moins bons que Wikipédia). Pour aller un peu au delà, je vous conseille ce post de Fine Theorem concernant la contribution de Nash à l'économie. Si par curiosité vous voulez connaître ses contributions en math, il y a cette excellente présentation de Cédric Villani (soit dit en passant, une leçon de pédagogie).

20 mai 2015

Mathiness, Hotelling and Krugman

Paul Romer has an interesting article on the lack of rigor in economics. His fight is against authors that use "mathiness", i.e. math with dubious assumptions and ideological aims, in particular in models with perfect competition. Writting about "Prescott is No Solow, No Becker", he points out:

"Remember that the motivation for the theory is that for these authors, perfect competition is the ultimate non-negotiable, more sacred even than micro-foundations. If this were a Hotelling model of location or a Krugman model of spatial location, I’d have some way to try to make sense about how “some measure of people defines a market.” But in the formal mathematical model of perfect competition that the authors are using, this sentence means nothing"

I confirm that all the story in Hotelling and Krugman is indeed in the link between population and market (I really don't know concerning McGrattan and Prescott (2010), I will work on that) but if mathiness is about crazy assumptions and lack of rigor in results then Hotelling and Krugman are not exempt of review. The initial model of Hotelling is wrong - see d'Aspremont, Gabszewicz and Thisse (1979, Econometrica) - and the model of Krugman on location choices is a "toy model" with "aggressively unrealistic assumptions" according to Fujita, Krugman and Venables (1999). Furthermore this model is not totally satisfactory on the mathematical side, for instance the analysis on existence and stability of equilibria in Krugman (1991, JPE) is lacking (see Robert-Nicoud (2005, JEG) for rigorous proofs). BUT assumptions and results in Hotelling and Krugman are just great. Imperfect competition and transportation costs are the heart and soul of the tradeoff that leads to agglomeration.

From that point, I think that what matters for Romer is not the use of math per se, but the meaning of these math. By promoting models written by Hotelling, Krugman but also by Solow and Becker, he demonstrates its preference for toy models with clear messages (Chris House has written a great post confirming my view by describing assumptions and results in Mankiw, (David not Paul) Romer and Weil (1992)). I also like these models.

But to get a job, a Ph-D student has to publish papers. I just put here the tweet of Jon Hersh illustrating this pressure.



Math not only (and not always) produces knowledge in economics, it is also a signaling tool.

Maybe I am wrong (and I hope I am), but I am not sure that the job market (at least in my field) is still looking for simple models like those developed by Hotelling, Becker, Solow or Krugman. For instance, the New Economic Geography of Krugman is dying, it is just impossible to publish a paper in a top-5 journal with the basic assumptions of this literature. Quantified models are wanted and it is often asked to both develop multi-country models and to provide analytical results. Quite logically, this (sometimes) leads to consider models with perfect competition because they are more tractable. An example of this "come back to perfect competition" is the paper of Allen and Arkolakis (2014, QJE) where authors use old tricks but "determine the spatial distribution of economic activity on any surface with (nearly) any geography".

To conclude, diversity of ideas and methodologies must be represented in top journals and there is some journals where it is the case (the JEG is a good example of diversity with publications by economists and geographers). Because it is hard to identify mathiness, and thus to fight against this bad equilibrium, we must consider multiple equilibria where many ecosystems emerge. Obviously the other solution regarding the market of lemons described by Romer is to remove informational problems by employing reviewers that detect and denounce more systematically the ideological devil... the organization of the delegated expertise must be improved (if you want to play with a model on that topic, start with Gromb and Martimort (2007, JET)). Good luck!

F. Candau


PS: The timing of this welcomed rage against mathiness is an enigma for me. Romer has discussed the paper of Prescott in 2007, this paper has been published in 2010 and we are in 2015...

Edit [22/05/15]: A huge number of researchers and journalists have discussed the "mathiness" of Romer (DeLong 1 & 2, Farmer, Williamson, Smith, Fox, Wren-Lewis, Gans and PK has presented a similar point of view here before Romer) but the best piece comes from  Dietz Vollrath who clearly explains what are the implications to assume monopolistic or perfect competition in growth models.

15 avril 2015

The Californian water on the boil

Guest blogger: we have invited Charles Regnacq to write a post on the drought in California and to our great pleasure he has accepted. Charles Regnacq is a Ph-D student at U. Pau (CATT). Last year he was a visiting scholar at U.C., Riverside (Water Science and Policy Center). He currently works on water markets in California and on transaction costs of the institutional transition toward a sustainable use of water.

On April the 1st, the Californian department of water resources announced that the snowpack in the Sierra Nevada (an important source of water for the State in the next months) is at its lowest level ever measured: only 5% of the normal at this date [1]. 

This fact among others confirms that the singular drought period of the past three years in California is not over but instead is reinforcing. As exceptional event calls for exceptional response, the governor Jerry Brown declared the same day and for the first time in the Californian history a statewide mandatory cutback of water for the 2015 year [2]. The order asks for a reduction of 25% of urban water use, a better monitoring of water allocation and urges to limit the use of water in agriculture.

It is now very likely that the State will go through another tough year with farmers in the front line. For the sole 2014 year, 5% of irrigated land had to be fallowed leading to a loss for the agricultural sector of more than 2 billion of dollars and around 17 000 jobs [3].

While this drought is breaking records one by one and thus become an exceptional event in the Californian history, the difficulties to reallocate water during shortage periods in this state is not something new. For almost 150 years, the institutions governing this resource has been shaped as conflicts occurs and new laws are passed to cope with contemporary issues. But innovation in institutional infrastructure is often curbed by the previous reform due to the inherent transaction cost and potential conflict associated with such a transformation [4].


1. “Whiskey is for drinking, water is for fighting”. (An old say in the American West)

Since the gold rush in the mid-19th century until today, an extensive use of water resource allows California to be one of the wealthiest State in USA. However, the path toward such a growth has been punctuated with multiple conflicts over water allocation.

In an early stage, the “laissez-faire” regulation has been replaced with more formal rules through the creation of water districts and irrigation districts. These local entities was dedicated to manage water among users and helped in solving conflicts in a specific area. But the increase of agricultural production within the central valley in the beginning of the 20th century and the growing urbanization in the southern California rapidly exceed the limited local resources and call for a broader management of water.

In order to solve the geographical mismatch between water supply and demand, institutional and hydrological investments has been made to allow the transfer of water from north to south of California. The last century has thus seen the development of an important network of canals and reservoirs in order to cope with the geographical imbalance of water [5]. 

The government and federal authorities agreed to build the Central Valley Project (CVP) intended to deliver water for irrigation to the central valley followed some decades later by the State Water Project (SWP). Districts sufficiently large were also able to build their own project: the Hetchy Hetchy canal to deserve the city of San Francisco (San Francisco Public Utility District), the Colorado River aqueduct and Los Angeles aqueduct delivering water to the south coast (mainly the Metropolitan Water District of Southern California and San Diego Water Authority).
With the increase of water transfers including exportations outside of the hydrological basin, tensions between regions became more pronounced. An iconic case has been the transfer of water from the Owens valley (in the Sierra Nevada) to the growing metropolis of Los Angeles. In this story, farmers from the Owens valley felt aggrieved from the agreement with multiple environmental degradation [6] and led to the so-called “Californian Water War” [7]. Despite this conflict happened almost 100 years ago, the specter of this conflict is still present in every minds [8] and played an important role in the reluctance of local authorities to encourage water exportations. However, the major impediment of water transfers appeared after an important reform for water in California had passed: the introduction of market based instruments.

Following two reports by the governor [9] and the legislature [10] in 1978, agent entitled with a water right of use are now allowed to sell or lease its endowment. But simultaneously to the rise of the water markets, resistances to water exports increased as well among local authorities. Several concerns relating to the effects of these transfers on the region of origin has been put forward. Environmental degradation, water depletion, economic impacts on related businesses raise as much worries among rural communities and curbs water transfers. In virtue of their police power, several counties and cities implemented a groundwater ordinance which drastically restrict the possibilities of water export [11]. While it is important to protect the local resource to avoid the classical tragedy of the commons, the Hanak’s papers ([8] and [11]) revealed that groundwater ordinances are too much often viewed as a solution rather than a transitional state.

2. The balkanization of the information and groundwater issue

The movement of decentralization in the beginning of the 20th century toward local water management has been a helpful reform to address the contemporary issues. Indeed it is well known since Ostrom [12] that conflict and problem of the commons are better solved in small structures. It simplified water allocation within the district’s boundaries and improved water usage among members.

However, the delegation of power to local authority also led to complicate the transfer of water outside of the district’s boundaries through the groundwater ordinances or more informal pressures [13]. The source of the problem in many places aroused from the lack of a proper groundwater management. Indeed, in California and until a very recent date (august 2014), groundwater resources were not controlled by any state regulation as the surface water were and decision toward this particular resource has been let to the discretion of local authority (Wright Act of 1887) This often induced the region to experience the well-known problem of resource in “open access”.

This point is particularly concerning in a context of water trade which increase the pressure on the groundwater resource with a significant risk of negative impact on local economy and a potential risk of environmental crisis for the ecosystem in the region of origin [14]. This lack of State regulation promotes resistance to reform and deter any attempt to improve groundwater management mainly because of a lack of financial and political capital [15]. Indeed a good cooperation between districts is needed to study underground water and is often costly. Some small districts do not always possess the necessary resources to engage in such path. Furthermore, the reluctance toward an improvement of groundwater management can be also attributed to an insufficient net gains (or simply a net loss) of such transformation from potential water sellers [16]. Indeed, numerous activities are using groundwater as a buffer in period of drought and if this backyard resource become more regulated, pumping groundwater in time of surface water shortage could become impossible. Thus, the disorganization of the decision’s chain induces some local policy makers to prefer an inefficient status-quo by restricting the water transfers rather than an active water management which would allow large benefit for California.

3. California has its back against the wall

Today California is facing one of the driest drought of its history and the lack of water reform from the past decades (primarily in groundwater management) increase the scarcity and the risk of dramatic water shortage in many places. However this drought also gives the possibility for the State to regain control of groundwater. Recent improvements in the legislature goes into this way: in the last summer, a package of three major bills have been passed (AB 1739 (Dickinson); SB 1168 (Pavley); and SB1319 (Pavley)) in order to regulate pumping. These bills increase the incentive to control the overdraft of several basin at a local level but also authorize the State to intervene into the process if the local management fails [17].
 The recent mandatory of the governor to cutback water also implies to centralize water information at the state level in order for this letter to be able to take the best possible decision.
In conclusion, in spite of the critical situation which faces California today, the actual drought can be a springboard toward a more resilient water economy for the future. 


Charles Regnacq


Reference

(1) http://ca.gov/drought/topstory/top-story-29.html
(2) http://cdec.water.ca.gov/cdecapp/snowapp/sweq.action
(3) J. Mount, E. Hanak, J. Lund, R. Frank, G. Gartrel, B. Gray, P. Moyle, and B. Thompson. April 2015. “California’s Water: Managing Drought”; PPIC report: http://www.ppic.org/content/pubs/report/R_415MDR.pdf
(4) G. D. Libecap. 2011. “Institutional Path Dependence in Climate Adaptation: Coman's "Some Unsettled Problems of Irrigation”. American Economic Review
(5) E. Hanak, J. Lund, A. Dinar, B. Gray, R. Howitt, J. Mount, P.Moyle, and B. Thompson. February 2011. “Managing California’s Water: From Conflict to Reconciliation, Executive Summary”; PPIC report:
http://www.ppic.org/content/pubs/report/R_211EHR.pdf
(6) G. D.  Libecap, 2008. “Chinatown Revisited: Owens Valley and Los Angeles—Bargaining Costs and Fairness Perceptions of the First Major Water Rights Exchange”; Journal of Law, Economics, and Organization
(7) M. Reisner. 1986. “cadillac desert”, Viking Press
(8) E. Hanak. July 2003. “Who Should Be Allowed to Sell Water in California? Third-Party Issues and the Water Market”; PPIC report:
http://www.ppic.org/main/publication.asp?i=337
(9) Governor’s Commission to Review California’s Water Rights Law (1978)
(10) C. Phelps, N. Y.  Moore, and M. Hammer Graubard. 1978.  “Efficient Water Use in California: Water Rights, Water Districts, and Water Transfers”, RAND, R-2386-CSA/RF, Santa Monica, California.
(11) E. Hanak. 2005. “Stopping the Drain: Third-party Responses to California's Water Market”, Contemporary Economic Policy, Volume 23, Issue 1, pages 59–77, January 2005
(12) E. Ostrom. 1990. “Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action”, Cambridge University Press, New York
(13) N. Ghimire and R. C. Griffin, 2014. “The Water Transfer Effects of Alternative Irrigation Institutions”; Am. J. Agr. Econ. (2014) 96(4): 970-990
(14) M. S.Taylor, 2009. "Innis Lecture: Environmental crises: past, present, and future," Canadian Journal of Economics, Canadian Economics Association, vol. 42(4), pages 1240-1275, November.
(15) K. Jandoc, R. Howitt, J. Roumasset and C. Wada, 2014. "Institutions for Managing Ground and Surface Water and the Theory of the Second-Best," Working Papers 201415, University of Hawaii at Manoa, Department of Economics.
(16) K. C. Knapp, M. Weinberg, R. Howitt and J. F. Posnikoff, April 2003. “Water transfers, agriculture, and groundwater management: a dynamic economic analysis”, Journal of Environmental Management, Volume 67, Issue 4, Pages 291-301

(17) P. W. Culp, R. Glennon, G. Libecap, October 2014. “Shopping for Water: How the Market Can Mitigate Water Shortages in the American West”, The Hamilton project: http://waterinthewest.stanford.edu/sites/default/files/market_mitigate_water_shortage_in_west_paper_glennon_final.pdf



13 avril 2015

L'incroyable commerce des petites bêtes

En 1952 James Meade écrit un papier théorique sur les externalités positives qu'il illustre avec un exemple qui est au cœur de ce post. Les externalités positives sont à l'opposé des pollutions, ce sont des situations où si on laisse les individus poursuivre leurs propres intérêts, ils produiront une quantité trop faible d'un bien qui est pourtant bénéfique pour toute la société. La main invisible ne fonctionne plus, le marché est défaillant. Habituellement on pense à la R&D. Meade aurait peut-être pu prendre l'exemple de la pile voltaïque et, un brin futuriste, aurait pu regretter que la faiblesse de la R&D ne le prive d'une voiture électrique efficiente. Plus terre à terre, il choisit l'abeille et le pommier.*

Imaginez un champ de pommier et juste à côté un apiculteur. Les abeilles pollinisent les fleurs du pommier et assurent ainsi la production de pommes. Mais notez surtout que le pollen assure aussi la production de miel. Pour Meade c'est ce derniers lien qui est central. Selon ce disciple de Keynes, nobellisé en 1977, si l'on double l'exploitation de pommiers, la quantité de miel pourrait doubler. Par contre, si l'on double le nombre d'abeilles, il y a peu de chance que le nombre de pommes soit multiplié par deux. Pour Meade l'affaire est entendue, l'apiculteur bénéficie d'une externalité positive, ses abeilles se nourrissent gratos chez le voisin et tout le monde en profite en petit déjeunant des tartines au miel (bah, ok, peut-être des miel pops) à moindre coût. Subventionnons donc cette bonne poire de pomiculteur:

"The apple-farmer is paid less than the value of his marginal social net product, and the
bee-keeper receives more than the value of his marginal social net product. [...] Capitalists in apple-farming should be subsidised because the unpaid benefits which they confer upon the bee-keepers more than outweigh the unpaid benefits which they receive from labour and capital employed in bee-keeping." Meade (1952)

Si l'on quitte maintenant la période bénie de Meade (1952!), et que l'on suppose que les insecticides (et autres facteurs) ont tué en masse les abeilles, on se rend rapidement compte que l'externalité joue aussi fortement dans le sens inverse. Sans ces petites bêtes, la pollinisation devient difficile et la production fruitière est moins productive. Pour le bien-être social, il n'y a pas assez d'abeilles, il faut donc aider les apiculteurs.

Mais au fait la subvention est-elle la seule solution? Deux autres solutions peuvent être complémentaires pour résoudre les problèmes d'externalité, la première est la réglementation (ici concernant les insecticides) la seconde proposée par Coase est de créer un marché. Paradoxal, non ? Approfondissons. Pour Coase, si les coûts de transaction sont suffisamment faibles et si les droits de propriété sont clairement définis alors les externalités peuvent être internalisées par des contrats privés. Avec la formidable baisse des coûts de transport, il est devenu possible d'acheter des abeilles et de les transporter d'un coin des USA à un autre, simplement pour booster la production agricole.

Oups...

Un marché international s'est même développé, les abeilles ont un prix et plus elles sont rares, plus elles sont chères d'où une incitation à investir dans ces petites bestioles...

Commerce international d'abeille

J'en était arrivé là de mon cours de micro L1 lorsque face aux regards septiques de mes étudiants ("non, mais m'sieur, sérieux, y a un biz des abeilles?"), qui m'est habituellement réservé après des propos du style "la dérivé seconde, c'est essentiel", je me suis dit qu'il serait intéressant de poursuivre la discussion ici en focalisant sur l'aspect commerce inter qui intéressera mes L3 (you may say I'm a dreamer). Allons sur le site des Nations Unies, Comtrade, à Live Animals, il y a nos chères bees (code 010641). Notons que les importations et les exportions ne sont pas totalement comparables, les imports sont en CIF (Cost, Insurance and Freight) et incluent donc les coûts commerciaux alors que les exports sont en FOB (Free on Board) soit sans les frais de transport et d'assurance.** Ci-dessous les exportations et importations des Etats-Unis vers le monde et idem pour la France sur les années 2012-2014 (pas de données avant).

Première constatation, il existe bel et bien un commerce international d'abeilles vivantes. Les Etats-Unis exportent ainsi des abeilles pour une valeur de 7 millions de dollars (le principal partenaire est le Canada)! Les USA sont un exportateur net, ce qui n'était pas évident compte tenue des difficultés rencontrées par les apiculteurs dans les années récentes. En effet les colonies d'abeilles américaines ont été affectées par un syndrome d'effondrement important (colony collapse disorder), dans les années 2006-2007 près de 30% de la population a été décimée. Mais pour reprendre l'expression de Meade (et HOS) il semble que la spécialisation agricole induise un avantage relatif via un "unpaid factor of production" (le pollen de la prod agri) qui, allié sans doute à un investissement important, a permis cette position d'exportateur net.

La France est un plus petit acteur et elle est importatrice nette. Poursuivons notre étude de l'Hexagone concernant l'importation d'un autre insecte pour en analyser ses effets.



Conséquences des importations de coccinelles asiatiques en France

Non seulement il y a un commerce d'abeilles, mais il y a aussi un commerce de coccinelles dont les motivations ne sont pas si éloignées de l'exemple précédent. Selon l'une des légendes qui entoure cet insecte, au moyen-âge alors que les pucerons mettaient en péril les récoltes, les fermiers auraient prié pour une solution miraculeuse et c'est alors qu'un essaim de coccinelle les auraient sauvé de la famine en dévorant les nuisibles. Et oui, ces bêtes à bon Dieu, se nourrissent de pucerons. A une époque où l'on souhaite diminuer l'utilisation des pesticides, il est apparu intéressant d'utiliser ce porte bonheur. Nos coccinelles européennes (cocs à deux points) étant peu voraces, on a importé des coccinelles asiatiques, dénommées Harmonia axyridis.


Seul problème, l'espèce est devenue invasive... Maia David, que nous avons le plaisir d'accueillir dans notre labo cette année, nous a présenté son article sur le sujet et l'invasion est indéniable comme en témoigne ces cartes issues de son étude co-écrite avec Raja Chakir, Estelle Gozlan et Aminata Sangare.


Même la Corse est touchée par l'invasion.
Est-ce un problème? Ces coccinelles sont une atteinte à la biodiversité (disparition de la coccinelle indigène), elles s'installent dans les maisons, tâchent les murs de pigments rouges, dégagent un gaz désagréable mais surtout, et c'est là que ça devient inadmissible dans notre pays, elles s'attaquent aux vignes! Prises en flag ci-dessous, vous remarquerez comment elles s'incrustent aux raisins, une fois vendangées et broyées, elles confèrent au vin un goût âcre...  Cette expérience montre que l'échange international du vivant peut parfois être problématique et a largement dépassé nos anticipations.
En fait, les nuisances sont telles que Cakir et al. (2014) montrent à l'aide d'une méthode de choice experiment, que le consentement à payer de la population française (l'échantillon est représentatif de la pop française et pas seulement d'une région ou d'un groupe, ce qui est rare dans ce type d'étude) pour réduire la population de cette ladybird est loin d'être négligeable.

Bon alors, on fait quoi?

Il n'y a évidemment pas de réponse simple. Lutter contre les externalités négatives, favoriser les externalités positives sont hélas des concepts largement plus faciles à énoncer qu'à appliquer.



F. Candau


Notes de bas de post

*J'ose l'hypothèse que l'idée de l'abeille est venue à Meade en songeant au journal dans lequel il souhaitait publier son article (The Economic Journal) dont le sceau est l'abeille en référence à une pensée de Francis Bacon, dont, selon le dit-journal tout économiste devrait s'inspirer:

"Those who have handled the sciences have been either Empiricists or Rationalists. Empiricists, like ants, merely collect things and use them. The Rationalists, like spiders, spin webs out of themselves. The middle way is that of the bee, which gathers its material from the flowers of the garden and the field, but then transforms and digests it by a power of its own. And the true business of philosophy is much the same, for it does not rely only or chiefly on the powers of the mind, nor does it store the material supplied by natural history and practical experiments untouched in its memory, but lays it up in the understanding changed and refined. Thus from a closer and purer alliance of the two faculties- the experimental and the rational, such as has never yet been made- we have good reason for hope".

** En soustrayant les exportations des USA vers le monde qui sont en CIF, des importations du monde en provenance des USA qui sont en FOB (non reportée ici, voir comtrade), vous obtiendrez une approximation des coûts commerciaux au commerce d'abeille américain, assurance (d'abeille) incluse.

02 avril 2015

Inégale efficacité des ascenseurs sociaux à l'intérieur des Etats-Unis

Excellente présentation de Raj Chetty sur les inégalités spatiales de mobilité sociale au sein des Etats-Unis. La ségrégation, l'éducation, la structure familiale, les inégalités et le capital social sont étudiés, si vous voulez savoir lesquels sont déterminants et quelles sont les politiques préconisées pour réparer l'ascenseur social, regardez la vidéo!

19 mars 2015

Portrait de Jeffrey Frankel

Dans les grands noms des auteurs en économie internationale, qui sont évidemment des anonymes pour le grand public, il y a Jeffrey Frankel. Il vient d'écrire une autobiographie de quelques pages qui devrait intéresser mes geeks de lecteurs. Son parcours est remarquable, tout comme les rencontres qu'il a pu faire. Au bac à sable, il jouait avec Barry Eichengreen, une autre superstar, à la fac il était avec Krugman et Sachs, il a fait sa thèse avec Dornbusch puis il a fait tourner la planche à billet au Portugal, conseillé Reagan et Clinton, a bossé sur les accords de Kyoto (ce qui est rare pour un américain) et ainsi de suite. Concernant ses articles de recherche, cher thésard à la recherche d'une publi top-field passe ton chemin (pas assez techniques), par contre toi, étudiants en master, tu pourrais être intéressé (jettes un œil à ses papiers sur sa page perso). Frankel a passé l'âge de l'ultra-spécialisation, il l'écrit lui-même:

True, as Ph.D. students soon discover, narrow specialization is the only way to complete a dissertation, to get a job teaching in a university economics department, and to get tenure. But I think of those stages as akin to basic training in the Army or to 30-hour shifts in medical residencies.   After one has achieved the prize (tenure), one can work on whatever one wants to work on.

Il a donc écrit sur une variété importante de thèmes, dont les taux de change, la croissance économique, le commerce, l'environnement... Il blogue aussi régulièrement sur différents sujets d'actu ici. Il m'est parfois arrivé d'être critique sur certains de ses articles ici ou , mais j'aime bien son style et d'une façon générale sa vision historique des événements, qui, condensée dans cette longue (mais savoureuse) citation clôture ce bref portrait:

"In the 1980s, it became fashionable to claim that the real exchange rate followed a random walk, because statistical tests were unable to reject that null hypothesis at conventional significance levels.  (Analogous claims were made about all sorts of variables in macroeconomics and finance.) But these tests were typically run on a few decades of data. I argued that one would not expect such limited data sets to offer enough power to reject the random walk even if mean reversion were the right answer.  Economists had forgotten the lesson from introductory econometrics: “failure to reject the null hypothesis does not entitle you to assert that the null hypothesis is necessarily true.”   

More provocatively (in “Zen and the Art of Modern Macroeconometrics”), I alleged that economists had subtly redefined the rules for a specific reason:   it was too hard in macroeconomics to find statistically significant relationships.  It is much easier to fail to find significant relationships.  It hardly takes any work at all.  But the affirmation “my research supports the hypothesis that the exchange rate follows a random walk” sounds much more respectable and publishable than “I have been studying exchange rates statistically for a year and have absolutely nothing to say about what makes them move.”

 If one is in pursuit of the right answer, one needs to cast the net wider, to encompass a century-long time series, or a panel of countries. On a priori grounds, that is how much data it should take, before the test will have the requisite power. Sure enough, when one did that, one could reject a random walk in the real exchange rate, and find mean reversion. 

Many have taken to using the “black swan problem” to mean a highly unlikely event, as the sub-prime mortgage crisis of 2007-08 is interpreted to have been.  The way I would prefer to define it is when an event is considered virtually impossible by those whose frame of reference is limited in time span and geographical area, but that is well within the probability distribution for those whose data set includes other countries and other centuries (or those who make appropriate use of a priori theory, as with those irrational numbers).  Analysts don’t cast the net widely enough.    They can’t imagine that terrorists might inflict mass casualties by bringing down a buildings (New York, 2001) or that housing prices might fall in dollar terms (US, 2007) or that an advanced economy might suffer a loss of confidence in its debt (Greece, 2010). “I haven’t observed such a thing in the past, so it won’t happen in the future.”   

These things had happened before, but mostly in times and places far away.  

What do “black swans” have to do with it?  An Englishman in the 19th century who encountered a black swan for the first time might have considered it a “7-standard deviation event,” even though one could have learned of their existence from ornithology books (Black swans had been discovered in Australia in 1697)."
 

23 février 2015

Sauver les médias


Je viens de lire l'ouvrage de Julia Cagé sur "sauver les médias". Julia Cagé est, de mon point de vue, une économiste iconoclaste. Elle a par exemple écrit des articles contre la libéralisation commerciale dans les pays en développement et contre la concurrence dans les médias (je résume, c'est plus subtil, voir sa page pour plus de détails). Dans cet ouvrage elle poursuit cette dernière thèse et montre que la concurrence a eu pour effet de diminuer la quantité (nombre de pages, de mots, d'articles) et sans doute la qualité du journalisme. Elle a d'ailleurs un petit passage en forme de pique pour tout ceux qui défendent à tout crin la concurrence: "combien, en effet, sont ceux (majoritairement des économistes) qui, face à la baisse du nombre de journalistes, haussent les épaules et considèrent que cette baisse reflète une augmentation des gains de productivité? En d'autres termes: "c'est une très bonne nouvelle, chaque journaliste pris individuellement se débrouillera pour produire davantage d'articles en un laps de temps plus réduit. Les journaux peuvent diminuer leurs coûts et augmenter leur rentabilité en réduisant les effectifs"".

Mais qu'ils sont méchants ces gens (majoritairement des économistes)...Il n'empêche, je me suis senti concerné, pas vraiment par le passage "gains de productivité" mais pour avoir beaucoup hausser les épaules. Pourquoi sauver les médias? Parce qu'ils sont en crise? Parce que la qualité de l'info diminue? Mouais... Obsession du déclin et de la catastrophe... encore et toujours. Zola, sans Twitter et les chaînes d'info en continu, flippait déjà: "Le flot déchainé de l'information à outrance a transformé le journalisme, tué les grands articles de discussion, tué la critique littéraire, donné chaque jour plus de place aux dépêches, aux nouvelles grandes et petites, aux procès-verbaux de reporters et des interviewers".  

Pourquoi donc faut-il sauver les média? Parce qu'ils fournissent l'info? L'auteure nous le dit avec autorité "Rappelons donc une évidence: sans journalistes, il n'y a pas d'information". Je rehausse les épaules, avec certains journalistes, il y a des infos qui n'en sont pas. Oui, mais alors attention, Julia Cagé nous parle des "vrais" journalistes. Mais qui sont-ils? Quel pourcentage? Comment ce pourcentage évolue t-il? Aussi lorsqu'elle écrit "Qu'est-ce qui distingue un journaliste - un vrai - d'un blogueur du dimanche?" j'aurais tendance à répondre, qu'en l'absence de toute quantification sur les "vrais" (qu'ils soient blogueurs, journalistes ou économistes), le plus simple est de parler de la première des différences: le blogueur du dimanche prend sur son temps de loisir pour informer et pour fournir gratuitement du contenu. Mais passons, cela n'a pas grande importance et témoigne simplement du fait que je n'ai pas la même admiration pour les journaux que l'auteure.
Je trouve la réponse à ma question du "pourquoi" dans les chapitres 2 et 3, il faut sauver les médias parce qu'ils sont essentiels à la démocratie. C'est assez convaincant, il y a une multitude d'exemples, le Tea Party qui a la main sur Fox, des journaux locaux qui disparaissent aux USA et qui laissent une corruption locale non couverte... et l'on repense à toutes ces affaires qui sont sorties en France grâce aux médias.

En bref, on finit par adhérer. Le livre est bien documenté, il y a une multitude de stats qui intéresseront tous ceux qui veulent en savoir plus sur ce secteur. Pour mes étudiants en microéconomie, c'est un ouvrage qui permettra d'illustrer plusieurs concepts (sans aucune équation!). L'information contenue dans les journaux était par le passé privée, elle est devenue publique. Un bien public est un bien qui a perdu ses caractéristiques d'exclusivité et de rivalité. Il ne peut plus être rentable. Julia Cagé nous décrit plusieurs expériences dans divers pays visant à rendre les journaux plus profitables. Le chapitre 3, dernier chapitre de ce petit ouvrage, est celui qui m'a le plus plu. L'auteure illustre comment le mode de gestion influence la fourniture d'information et c'est passionnant. Elle présente notamment les méfaits des introductions en bourse, comme celle du Chicago Tribune qui a vu sa valorisation augmenter mais moins vite que son chiffre d'affaire, entraînant inévitablement une pression sur les coûts et une réduction des dépenses (=moins de journalistes). De plus, pour être rentable une stratégie de niche visant à cibler les lecteurs les plus aisés s'est faite au détriment d'un accès pour tous à l'information avec une hausse des tarifs des abonnements. Pire, certains sujets d'actu, étant considérés comme de faible intérêt pour cette classe aisée, ne sont plus traités.  Après avoir résumé d'autres modes de financement et de contrôle, Julia Cagé en vient à sa proposition d'un nouveau statut. Elle propose un mode de gestion à but non lucratif où les apports en capitaux seront pérennisés et où les droits de vote des gros actionnaires seront minorés par rapport à des petits actionnaires tels que les journalistes et les lecteurs ayant fait du crowdfunding. Excellente idée!

Fabien Candau

Référence: la citation de Zola provient de l'ouvrage de July "Dictionnaire amoureux du journalisme" qui adopte une intéressante perspective historique et personnelle du journalisme.

27 novembre 2014

Un peu de lecture

N'ayant hélas pas le temps d'écrire un post ces temps-ci, je vous propose qq lectures passionnantes:

En sus une video de Craft sur les débuts de l'industrialisation:



Et pour finir, sans aucun rapport si ce n'est que ces articles m'ont intéressé, deux papiers du petit génie Glen Weyl:

13 novembre 2014

HDR: Economie Géographique des Périphéries

Je présente mon Habilitation à Diriger des Recherches (HDR), sur l'


le 11 décembre devant un jury composé de:
Matthieu Crozet (rapporteur, CEPII)
José de Sousa (rapporteur, Paris-Sud)
Michael Goujon (rapporteur, CERDI)
Carl Gaigné (dir HDR, INRA)
Jacques Le Cacheux (UPPA, OFCE)
Serge Rey (UPPA, CATT)

Plusieurs de mes articles ont été joints à ce résumé dont notamment cette analyse sur les havres de pollution, qui est un travail en cours sur lequel tous les commentaires sont les bienvenus.

13 octobre 2014

Handbook of Regional & Urban Economics - Volume 5

The Handbook of Regional and Urban economics is online (and free)!

En attendant la nomination des Nobels (et surtout pour après, lorsque la fièvre sera retombée), jetez un oeil au Handbook d'éco régionale et urbaine qui vient d'être mis en ligne. Il est tout simplement formidable et avis à mes étudiants il va être extrêmement utile pour l'enseignement. J'ai particulièrement apprécié les chapitres de méthodo (économétrie + megc), les articles sur les systèmes de villes (Behrens et Robert-Nicoud mais aussi Desmet et Henderson), l'article sur l'utilisation des sols urbains (Duranton et Puga commencent par les bases déjà présentées par Fujita (1989) et nous amènent à la frontière de la recherche avec des questions très précises, avis aux futurs chercheurs il y a là des pistes de recherche clairement posées) et le chapitre sur les transports (écrit par Redding et Turner). Enfin, il y a des chapitres sur la formation des prix sur le marché immobilier qu'il est essentiel de lire. Bonne lecture, c'est ici.


08 octobre 2014

Innovation pédagogique marginale, la gravité filmée

J'innove pédagogiquement! Je viens de faire une vidéo pour un cours en ligne (soyez indulgent, c'est la première, j'utilise une version d'essai de camtasia, si vous connaissez des logiciels libres tout aussi performant, je suis preneur). Voici donc une vidéo d'introduction aux équations de gravité en économie internationale (si la vidéo ne s'affiche pas, c'est que votre navigateur n'est pas à jour, la chaine youtube est dispo ici https://www.youtube.com/watch?v=fazxktb0Y3I).



Le cours est sous contrat privé, donc je ne peux pas faire de l'open access comme à l'accoutumé... ceci dit pour ce fragment de cours, je prends le risque de le poster considérant que cela équivaut à faire de la publicité à la Faculté Ouverte de Paris qui m'a engagée sur cet enseignement introductif destiné à un public de Licence AES.

20 juin 2014

Aeronautic Trade


Notre article sur l'impact négatif de l'appréciation de l'euro sur les exportations du secteur aéronautique en France entre 2003 et 2010 vient d'être publié par Economic Modellingwp). Voici l'abstract:

After describing the spatial distribution of the aeronautic industry in France, this study analyzes the determinants of French regional bilateral exports and imports, according to a trade gravity model, for the period 2003–2010. The appreciation of the euro has a negative impact on exports and a positive effect on imports, confirming the fears of European politicians and managers in the aeronautic sector. The gravity equation, extended to integrate factor complementarities among partners, also shows that labor productivity levels in France and its partner countries are significant determinants of trade, supporting O-ring theory applied from Kremer (1993) to explicate trade in the aeronautical sector. The spatial organization of this sector is also analyzed via the impact of foreign military spending on French trade. Finally, by distinguishing French imports and arrivals of products manufactured in Europe and in France, supplementary estimations reveal that outward foreign direct investment FDI affects the imports and arrivals of European products negatively but has positive influences on the imports and arrivals of French products.

31 mai 2014

Nationalisme, démocratie et élection européenne

Le résultat du FN aux européennes me fait songer au triangle d'incompatibilité de Dani Rodrik: est-il impossible d'avoir simultanément de l'intégration économique, des Etats nations et de la démocratie? L'intégration économique conduit à une compétition entre Etats providences visant à favoriser les facteurs mobiles au détriment des facteurs immobiles (concurrence fiscale et sociale etc). La démocratie offre donc une résistance naturelle à de telles politiques et demande un retour à l'Etat Nation. Pour poursuivre l'intégration européenne, il y a alors deux solutions:

1) refuser la démocratie. C'est un peu la piste poursuivie jusqu'ici au niveau européen. Par exemple la BCE, qui est sans conteste l'organisme européen le plus puissant, n'est pas une institution qui brille par une gouvernance de jure très démocratique. Elle a pour seule obligation de présenter au parlement ses politiques monétaires. Le parlement, seule institution démocratique de la zone, n'a que peu d'influence. En fait ce parlement a un pouvoir réduit sur tout ce qui est véritablement important. Par exemple les recettes de l'UE, sont quasi-exclusivement reliées aux contributions des Etats (et à tous les "justes retours" qu'elles impliquent), le parlement plaide depuis plus de 20 ans pour obtenir des ressources propres (une dizaine de propositions d'impôts ont été faîtes, TVA, taxe environnementale, impôt sur le sociétés, les transactions financières etc) et n'a jamais rien obtenu. On pourrait même aller plus loin que cette description en soulignant que l'Europe qui se construit en refusant parfois les politiques menés par les gouvernements nationaux (qui ont parfois été élu sur ces engagements) discrédite la démocratie nationale en la négligeant.

2) dépasser les Etats Nations et créer une union politique européenne (voir ce manifeste) à même de régler les problèmes d'intégration. C'est l'illustration du processus Monnet et de sa logique de réactions en chaîne où l'Europe se construit par déséquilibres et crises. Dans les années 90 la mobilité des capitaux liés à l'intégration a conduit à une crise de change. Cette crise a été résolue en créant l'Euro. Avoir une monnaie unique, avec plusieurs niveaux de dettes devait inévitablement engendrer des crises de la dette. Elles ont débuté en 2011. La solution évidente, dans cette logique fonctionnaliste, est de créer plus d'Europe en allant vers une intégration politique. Si la démocratie reste au cœur de ce système, il est à noter que l'autonomie des nations sera inévitablement réduite (les politiques de l'Europe seront peut-être vu comme un dictat par une proportion, certes non majoritaire, mais non négligeable des populations).

Enfin certains français pensent que la situation économique serait meilleure en renonçant à l'union européenne. Envoyer massivement les FN au parlement, c'est effectivement ne plus croire du tout en l'Europe, ni en la politique d'ailleurs, car ces élus empocheront les salaires européens mais ne siègeront jamais, ou alors simplement pour faire les singes dans l'assemblée et produire leurs petits buzz qui alimenteront leurs réseaux sociaux "anti-systèmes" sur Facebook. Bravo donc, la France sera représentée par le sommet (du triangle) de la bêtise, celui où le nationalisme s'illustre bassement et où la démocratie est guidée par le populisme. 

07 avril 2014

Désinflation = Chômage

Le graphique du jour (France métro pour ne pas exagérer encore plus la relation en ajoutant les DOM) avec en ordonné les prix à la conso (en %) et en abscisse le chômage (en %):

A vous de discuter du sens de causalité et de relancer le débat sur la courbe de Phillips!
---Quelque temps plus tard....
Bon, cela fait désormais quelques jours que le graphique est en ligne, le post a été visionné une centaine de fois et personne pour commenter que la courbe de Phillips concerne l'inflation des salaires nominaux et non des prix. Diantre, soyez attentif à vos cours de macro!
La belle affaire, est-ce important? Oui, car les salaires ont tendance à être beaucoup plus rigides que les prix. En glissement annuel ils ont même augmenté de 2% sur les derniers trimestres de 2013 (ICT-salaire seul de l'INSEE). Le FMI a récemment présenté un graphique qui illustre que même dans un pays comme l'Espagne durement frappé par le chômage, les salaires sont très rigides à la baisse. Le passage de 2008 (en bleu) à 2012 (rouge) montre que l'augmentation a baissé mais qu'une faible portion de la distribution des salaires est passée en négatif, en fait une très grande concentration est observée à zéro, les salaires stagnent.

Or si les salaires stagnent et que les prix diminuent (où augmentent moins dans le cas de désinflation) alors les profits sont affectés et l'ajustement s'opère par l'emploi. C'est le pire des cercles vicieux lié à la déflation car plus de chômage, c'est moins de demande et moins de demande c'est une baisse des prix et une baisse des prix c'est plus de chômage... En clair, le graphique précédent "inflation (HIPC)/chômage" est vraiment important car si la déflation s'installe, la pente négative pourrait s'avérer bien difficile à relever.

05 avril 2014

La BCE dans une trappe d'inactivité

Résumons, on approche des européennes, la zone euro est au bord de la déflation et la BCE ne fait rien. C'est sans surprise. La BCE ne dépend pas des citoyens, elle est indépendante des gouvernements et des peuples qu'ils représentent...mais alors, elle roule pour qui exactement?

Janet Yellen, dans un discours du 31 mars (retranscrit en partie ci-dessous, version complète ici), écrit que la FED ne travaille pas pour Wall-Street mais pour Main-Street. L'inverse est-il vrai pour la BCE? Non, mais l’obsession de la BCE contre une inflation fantôme peut laisser perplexe.

Dans les missions de la FED il y a deux objectifs: l'inflation ET l'emploi. A l'inverse, traumatisée par l'inflation, l'Europe a construit la BCE avec une mission unique: la stabilité des prix. L'objectif est d'atteindre un taux de 2% d'inflation sur le moyen terme. Or la BCE considère que la reprise est là et que les prix vont repartir à la hausse sur le moyen terme, donc circulez, il n'y a rien à voir, la BCE remplira sa mission ce mois-ci en ne faisant rien.

Que fera t-elle dans les prochains mois? Comment pourrait-elle intervenir?
Elle pourrait injecter des liquidités dans l'économie en rachetant des titres de dette des Etats. Elle s'y refuse car elle ne veut surtout pas faciliter l'endettement des pays Européens qui est déjà élevé. Elle pourrait aussi injecter des liquidités dans les banques, mais pas sûr que ces banques prêteraient davantage pour au moins deux raisons a) l'offre de crédit est rationné, les banques sont sans doute plus frileuses que par le passé, b) la demande de crédit est faible, face à un avenir incertain les agents ne sont pas prêt à s'endetter. Enfin, elle pourrait utiliser des politiques non conventionnelles comme celles employées par d'autres banques centrales qui permettrait de directement prêter aux entreprises et aux ménages (on parle depuis des lustres des Asset Backed Securities). Si ce type de politiques non conventionnelles peuvent permettre de résoudre le problème de l'offre de crédit, ils n'affectent en rien la demande.

En d'autres termes, si l'UE se situe dans une trappe à liquidité, alors peu importe, les agents ont peur de l'avenir, vous pourriez imprimer des billets et les mettre directement dans les poches des gens... ils y resteraient! Les banques, les investisseurs, les consommateurs sont figés dans leur comportements économiques, ils ne prêtent plus, n'investissent plus et ne consomment plus. Davantage de liquidité, ne relancerait peut-être pas l'économie....

La BCE pourrait cependant jouer davantage sur les anticipations d'inflation en affichant une vraie volonté de lutter contre la déflation/dépression à laquelle l'Europe fait face. Une telle politique de forward guidance permettrait de réduire (faiblement) le taux réel et d'aider (mollement) l'activité. C'est le genre de politique basée sur des postures qui ne rapporte pas grand chose mais qui ne coûte rien. La BCE pense sans doute avoir fait un pas dans cette direction en affirmant que ses membres étaient prêts, à l'unanimité, à valider des mesures non-conventionnelles. Mais quasiment dans la même phrase, Mario Draghi annonçait que pour l'instant il n'en était pas question. Pourtant seuls des taux d'intérêt réels négatifs pourraient contrer les tendances déflationnistes en résorbant l'excès d'épargne et en stimulant l'investissement.

Décidément, la BCE semble être dans une trappe d'inactivité, elle ne veut pas agir et même parler clairement en faveur d'une politique monétaire expansionniste lui est difficile. Est-ce un aveu d'impuissance? ou à l'inverse un excès de confiance? Je pencherais pour l'excès de confiance (et un zest d'idéologie). La BCE pense sans doute qu'il suffit de murmurer à l'oreille des marchés (avec du  "whatever it takes") pour que tout baigne. D'ailleurs, certains experts sur BFM commentaient cette semaine que si l'Euro était autour des 1,38 c'était grâce à Mr Draghi, sans lui l'euro seraient à 1,50. Il y a donc des gens sur les marchés qui pensent que l'Euro aurait pu monter à 1,5 (!) et que la BCE a habilement sauvé l'Euro, voire l'Europe. Avec les taux de chômage actuels et un taux d'inflation qui s'éloigne de l'objectif, il est cependant difficile de voir le verre à moitié plein.
Les règles/objectifs de la BCE devraient être revues, si l'emploi faisait partie de ses objectifs, peut-être des décisions de QE auraient-elles été prises depuis longtemps.

En comparaison, voici le derniers discours de J. Yellen, un discours volontaire sur les politiques à mener dans le futur en contraste frappant avec la présentation hésitante de Draghi. Evidemment les situations sont différentes, aux USA la transmission à l'économie réelle fonctionne (à titre d'exemple et de caricature: les retraites sont sur le marché, alors quand le marché va mieux, on se sent plus riche et on consomme (effet richesse, fonctionne aussi en sens inverse...)), mais tout de même, dire que tout va mieux en Europe et penser que l'on peut "laisser faire" est très problématique.

The past six years have been difficult for many Americans, but the hardships faced by some have shattered lives and families. Too many people know firsthand how devastating it is to lose a job at which you had succeeded and be unable to find another; to run through your savings and even lose your home, as months and sometimes years pass trying to find work; to feel your marriage and other relationships strained and broken by financial difficulties. And yet many of those who have suffered the most find the will to keep trying. I will introduce you to three of these brave men and women, your neighbors here in the great city of Chicago. These individuals have benefited from just the kind of help from community groups that I highlighted a moment ago, and they recently shared their personal stories with me.

It might seem obvious, but the second thing that is needed to help people find jobs...is jobs. No amount of training will be enough if there are not enough jobs to fill. I have mentioned some of the things the Fed does to help communities, but the most important thing we do is to use monetary policy to promote a stronger economy. The Federal Reserve has taken extraordinary steps since the onset of the financial crisis to spur economic activity and create jobs, and I will explain why I believe those efforts are still needed.
The Fed provides this help by influencing interest rates. Although we work through financial markets, our goal is to help Main Street, not Wall Street. By keeping interest rates low, we are trying to make homes more affordable and revive the housing market. We are trying to make it cheaper for businesses to build, expand, and hire. We are trying to lower the costs of buying a car that can carry a worker to a new job and kids to school, and our policies are also spurring the revival of the auto industry. We are trying to help families afford things they need so that greater spending can drive job creation and even more spending, thereby strengthening the recovery.

When the Federal Reserve's policies are effective, they improve the welfare of everyone who benefits from a stronger economy, most of all those who have been hit hardest by the recession and the slow recovery.[...]

The recovery still feels like a recession to many Americans, and it also looks that way in some economic statistics. At 6.7 percent, the national unemployment rate is still higher than it ever got during the 2001 recession. ... It certainly feels like a recession to many younger workers, to older workers who lost long-term jobs, and to African Americans, who are facing a job market today that is nearly as tough as it was during the two downturns that preceded the Great Recession.

In some ways, the job market is tougher now than in any recession. The numbers of people who have been trying to find work for more than six months or more than a year are much higher today than they ever were since records began decades ago. We know that the long-term unemployed face big challenges. Research shows employers are less willing to hire the long-term unemployed and often prefer other job candidates with less or even no relevant experience.

[...]
And based on the evidence available, it is clear to me that the U.S. economy is still considerably short of the two goals assigned to the Federal Reserve by the Congress. The first of those goals is maximum sustainable employment, the highest level of employment that can be sustained while maintaining a stable inflation rate. Most of my colleagues on the Federal Open Market Committee and I estimate that the unemployment rate consistent with maximum sustainable employment is now between 5.2 percent and 5.6 percent, well below the 6.7 percent rate in February.

The other goal assigned by the Congress is stable prices, which means keeping inflation under control. In the past, there have been times when these two goals conflicted--fighting inflation often requires actions that slow the economy and raise the unemployment rate. But that is not a dilemma now, because inflation is well below 2 percent, the Fed's longer-term goal.


...

Pour le côté "faucon" de la dame (auquel je ne crois guère) voir ici et pour une vision plus optimiste du QE de la BCE voir .
Enfin ce graphique (source ici) montre le bilan des deux banques.
 
Enfin pour conclure, c'est en peu de temps la deuxième fois que la BCE montre un entêtement problématique. En effet en 2011, anticipant une reprise et de l'inflation, elle augmente les taux deux fois d'affilés avant de reconnaître son erreur. Il aura fallu attendre 5 ans pour arriver à des taux identiques à ceux de la FED... 

 Edit du 14/05/14: Antonio Fatas a une analyse similaire à celle développée ici.


24 mars 2014

Le match France versus Royaume-Uni

Tiens la blogosphère française s'agite sur un "match économique France versus Royaume-Uni" suite à ce graphique de Xavier Timbeau sur les répercussions de la crise sur la productivité des deux côtés de la Manche.

La France s'en sort donc bien mieux!!! Olivier Bouba-Olga surenchérit à juste titre avec un graphique sur l'emploi, mais lorsqu'un lecteur attentif au graphique des PIB par tête dont l'année de base est 2008 fait la remarque "on prouvera tout avec la bonne date de départ" il répond sereinement "je vous laisse essayer [...] Vous pourriez isoler des petits intervalles pour lesquelles la dynamique UK est plus favorable, mais sur les vingt dernières années, et depuis le début de la crise, il n’y a pas photo".

Je relève le défi car ce propos me donne l'occasion de discuter d'un thème qui me tient à coeur portant justement sur l'importance de la référence que l'on choisit. J'utilise les données de la banque mondiale pour les pib par tête (en dollars) que j'ai sous la main.

Prenons l'année 1998, cela a du sens pour de multiples raisons, primo c'est une période où la construction européenne avance à grand pas. Pour certains français c'est un peu une période bénie où ils avaient du franc dans leur porte-monnaie et où la France blanc-black-beur allait bien... Pour la City, c'est aussi un point de référence important, la crise asiatique débouche sur un retour des capitaux et la construction européenne va lui permettre de retrouver son lustre d'antan. Bref, ce point de référence est justifiable (mais tout aussi critiquable, j'y reviendrai).
On observe alors que jusqu'à la crise de 2008 la productivité par tête des anglais a progressé bien plus rapidement que celle des français. Puis la finance s'est écroulée, le Royaume-Uni plus spécialisé sur ce secteur en a payé le prix fort.* Peut-on en conclure que le match a été gagné par la France?
Prenons l'année 1974. Là encore, si l'on accepte de prendre 2008, on ne peut qu'admettre que 74 est une bonne date. C'est à partir de cette date que le chômage devient massif et que les économies développées s'enlisent dans des taux de croissance faibles associés à un long processus de désindutrialisation et de tertiarisation de l'économie.
Le graphique est alors étonnant, la productivité anglaise si l'on choisit cette base a totalement dominé la France sur toute la période! Le schéma économique anglais est-il donc le bon? Non, pas plus que précédemment pour la France. Vous l'aurez compris, l'année de référence pèse énormément sur nos conclusions.
Prenons l'année 1960, au milieu des trente glorieuses, période mythique avec des taux de croissance important et pas de chômage. Nos grand-parents à n'en pas douter considéreraient que c'est une sacré référence. C'était cependant une période où le PIB par tête était bien plus faible à ce que l'on connait aujourd'hui, la référence (i.e. le dénominateur) pèse donc beaucoup moins que pour les années 1974, 1998, 2008. Qu'observe t-on?
Pour moi ici le tableau d'affichage du match nous donne France: 3 - UK: 3, pour trois révolutions économiques partout.
La productivité dépend avant tout des avancées technologiques et depuis déjà bien longtemps les deux pays sont grossièrement au même niveau. Si le Royaume-Uni a été le chef de file en Europe des innovations financières qui lui ont permis d'élever légèrement son PIB par tête au dessus de celui de la France, aujourd'hui où disons depuis que ces innovations ont été dépréciées, le pays est à peu près au même niveau. Légèrement en dessous si vous y tenez, mais la différence en terme de productivité, aujourd'hui comme hier, est mineure.

Je pense que les auteurs cités plus haut seront tous les deux d'accord avec moi pour dire que le match se joue ailleurs. Pour réellement arbitrer les performances économiques, il faudrait aller bien au delà du pib par tête et regarder le bien-être économique des citoyens, c'est à dire comparer le taux de chômage, les inégalités, le système de santé, les situations familiales, les liens sociaux... Ce travail consiste aussi à se donner une référence, mais pas une année de référence (comme ci-dessus, on peut faire mieux) mais plutôt un idéal économique en référence. Si par exemple en posant la question aux anglais et aux français de savoir combien de revenu ils seraient prêt à céder pour avoir moins d'inégalités et atteindre un "idéal" (disons le taux d'égalité du Luxembourg ou de la Norvège... je donne simplement ces exemples pour donner du concret, mais la question de la référence est totalement ouverte) quel serait le score du match? Idem si on leur posait la question en terme de santé, de risque de chômage etc...

Hélas aucun sondeur ne fera un tel boulot et c'est bien dommage car c'est ce genre d'expérience qui permet de savoir du point de vue des citoyens quel est le pays qui gagne! Ceci dit, le runmycode de Gaulier et Fleurbaey (2009) nous permet de jouer avec ces notions. Pour un même taux d'aversion pour l'inégalité (j'ai utilisé la version démo avec 0.8), les anglais seraient prêts à débourser beaucoup plus que les français, le revenu équivalent (i.e. le revenu une fois corrigée de cette somme) serait donc très proche pour l'année 2004 qui est pourtant une année où le match semblait être gagné par le Royaume-Uni!
En clair, les différences les plus importantes ne sont sans doute pas sur la production mais sur d'autres variables (chômage, insécurité etc) qui hélas sont à leur plus haut dans les deux pays mais avec une situation certainement encore plus catastrophique pour les anglais. Inutile de s'énerver exclusivement sur les PIB et sur une année donnée, il est temps de réaliser de nouvelles comparaisons (qui incluront ces PIB tout en les corrigeant) et qui permettront de mieux mesurer les points faibles et les points forts de chaque économie.

F. Candau

*Note de bas de post: 
*J'ai longtemps été géné pour dire que les fluctuations d'un secteur pouvait expliquer de grandes fluctuations pour un grand pays, mais depuis l'excellent papier de Gabaix j'ose davantage, il montre les variations du PIB américain ne dépendent pas d'une somme immense de petit agents mais simplement d'une centaine de grosse firmes (article à méditer pour un quelconque passage micro-macro en termes de fluctuation).
**Evitez de me commenter une merveilleuse inversion de tendance du pib en Angleterre, je n'y crois pas non plus et j'ai déjà marqué un certain scepticisme ici avec d'ailleurs un graph qui ressemblait fort à celui de Timbeau mais pour un match UK/USA

Références

  • Gabaix, Xavier (2011). “The Granular Origins of Aggregate Fluctuations,”Econometrica, 79(3), 733-772.
  • Gaulier Guillaume et Marc Fleurbaey (2009). International Comparisons of Living Standards by Equivalent Incomes. The Scandinavian Journal of Economics

17 février 2014

Economie numérique, le bouquin à lire, le blog à suivre

Une fois n'est pas coutume me voilà en situation de vous faire la recension d'un ouvrage dont je connais bien l'un des auteurs, Sylvain Dejean (on a fait notre thèse en même temps) qui a coécrit avec Godefroy Dang Nguyen: "Le Numérique, Economie du partage et des transactions" publié chez Economica.
Ladej (son pseudo Twitter donné par un pote rappeur qui coupait la fin des noms et rajoutait "la" au début), passionné par l'économie numérique, a réalisé une thèse sur les biens culturels, le piratage et l'émergence des communautés virtuelles. Puis, il a décroché un post-doc à Rennes avant d'intégrer l'un des labos de référence en France sur les technologies de l'information et de la communication (ici). Aujourd'hui, il est maître de conférences à La Rochelle et compte bien dynamiser ses cours en bloguant sur l'économie numérique (le blog du bouquin est ici).

Le chapitre 1 définit les termes du débat, le numérique est une économie de l'information et de la connaissance, où les biens produits ont les caractéristiques de biens publics et où les monopoles ont tendance à naître compte tenu des coûts fixes importants. Les auteurs mettent ensuite en avant l'importance de cette économie de la connaissance pour la croissance économique. De mon point de vue ce chapitre n'est pas le plus réussi, c'est un peu le bazar, certains éléments auraient pu faire l'objet de chapitres séparés (typiquement le lien connaissance/croissance), bref, le meilleur est à venir.

Le chapitre 2 traite des réseaux, il est passionnant, mêlant analyse économique et sociologique. Après avoir défini les effets réseaux, les auteurs partent des éléments constitutifs: les liens forts et faibles entre agents (pour reprendre les termes de Putnam (2001) le bridging et le bonding), pour ensuite analyser la structure des réseaux (les hubs, les cliques, trous structuraux, la théorie des graphes etc). Il y a dans ce chapitre des phrases qui donnent envie de se lancer dans la recherche en analyse structurale des réseaux, qui je cite, "a pour objet de comprendre comment les individus établissent leurs réseaux de relation et, ce faisant, créent ou font évoluer des structures sociales qui contraignent à leur tour leur comportement futur".

Le chapitre 3 est essentiel, il traite du système technique d'internet. L'architecture du net y est précisément décrite, son découpage horizontal avec un contrôle par les extrémités permet d'expliquer le caractère inédit d'internet et les effets réseaux qu'il a crée. Le chapitre conclut avec l'apparition des plateformes mises en place par les membres de la GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) qui ont tendance à verticaliser le net et mettent ainsi à mal le vecteur d'innovation passé (avec un impact non négligeable sur la neutralité du net).

Le chapitre 4 analyse la société numérique. Quelles sont les motivations des contributeurs du net? De purs égoïstes narcissiques, de purs altruistes? Les auteurs illustrent la diversité des agents qui évoluent sur le net, et montrent comment les communautés virtuelles s'organisent pour contraindre les égoïstes qui ont souvent des comportements de passager clandestin délétère pour le bien commun. La sanction est l'arme nécessaire qui permet aux "restituteurs forts" de dompter les comportements opportunistes et de forger l'économie du partage. Les travaux d'une Nobel, E. Ostrom, y sont présentés ainsi que les questions shakespeariennes de l'identité numérique.

Le chapitre 5 étudie l'organisation des marchés sur le net. On passe donc du côté de l'offre, du e-commerce et des chaînes de valeur avant d'aborder la fixation des prix. Les mécanismes d'enchère y sont présentés ainsi que le rôle des plateformes.

Le chapitre 6 découle naturellement du précédent, il porte sur les institutions d'Internet et détaille entre autres, les caractéristiques de l'ICANN et son contrôle des noms de domaines (du moins des TLD, i.e. ".com", ".fr" etc). Puisqu'il est question de gouvernance, la neutralité du net refait surface en fin de chapitre.

Le chapitre 7 est ambitieux: lier l'économie géographique à l'économie numérique. Le mariage est possible mais la chose n'est pas aisée, passer de l'ICANN à Krugman (1991) est un peu rude. Pourtant dans le fond, c'est passer de la description du net à ses conséquences sur les choix de localisation. Je tente l'expérience (attention auto-promo): les bons modèles d'éco géo (Candau, 2011; voir aussi Candau, 2008 pour un survey) montrent que la baisse des coûts aux échanges (la révolution des transports, des TIC etc) entraîne une dispersion des activités. En effet pourquoi s'agglomérer dans des lieux où les prix du foncier sont exorbitants (Paris) si vous pouvez avoir accès à toutes les technologies, à l'information et à la demande à partir de lieux où votre pouvoir d'achat est plus grand (Rennes)? C'est la raison pour laquelle depuis plus de 50 ans la France concentre de moins en moins d'activités au niveau national. C'est aussi la thèse de Combes, Lafourcade, Thisse et Toutain (2011) qui montrent que l'image d’Épinal de Paris et du désert français n'est plus d'actualité. En fait, le pic d'agglomération des activités remonte aux années 30, depuis c'est la dispersion! Mais si les activités sont de moins en moins concentrées à l'échelle des nations (ce phénomène est vrai en Europe et aussi aux USA), elles sont par contre de plus en plus concentrées au niveau des régions. Aujourd'hui on pourrait facilement parler de Toulouse et de son désert régional par exemple. Cette distinction dispersion/agglomération au niveau nation/région est vraiment importante pour comprendre à quelle échelle ont lieux les interactions spatiales.

Se pose alors la question des clusters au sein des métropoles et les auteurs présentent l'emblématique Silicon Valley. Rajoutons un chaînon à la discussion qui aborde les travaux de Saxenian, auteur incontesté et passionnant sur ce sujet. Il me semble qu'un intérêt central de l'oeuvre de Saxenian (1999) est de montrer l'important apport de l'immigration dans la success story de la Valley. Près de 40% des entrepreneurs étaient asiatiques. Leurs atouts étaient d'avoir à la fois un pied en Asie et d'être intégré à la communauté high-tech américaine. Si tant de clusters ont échoué ailleurs dans le monde, c'est justement parce que ce fait n'a pas été suffisamment observé. Voici ce qu'en dit Saxenian:

"The traditional image of the immigrant economy is the isolated Chinatown or “ethnic enclave” with limited ties to the outside economy. Silicon Valley’s new immigrant entrepreneurs, by contrast, are increasingly building professional and social networks that span national boundaries and facilitate flows of capital, skill, and technology. In so doing, they are creating transnational communities that provide the shared information, contacts, and trust that allow local producers to participate in an increasingly global economy".

Le liens entre les réseaux ethniques des migrants et le réseau américain est encore plus clair dans ce passage:

"Many Chinese and Indian immigrants socialize primarily within the ethnic networks, but they routinely work with native engineers and native-run businesses. In fact, there is growing recognition within these communities that although a start-up might be spawned with the support of the ethnic networks, it needs to become part of the mainstream to grow. It appears that the most successful immigrant entrepreneurs in Silicon Valley today are those who have drawn on ethnic resources while simultaneously integrating into mainstream technology and business networks"

Le lieu des clusters n'a intrinsèquement aucune importance, ce qui compte c'est la connexion au reste du monde, aux autres réseaux. Ce qu'il y a de passionnant dans cette histoire, c'est que les mécanismes de coopération et de sanction que Sylvain et Geodefroy mettent en avant dans l'économie numérique étaient au cœur des associations chinoises et indiennes au sein de la Silicon. Voici typiquement les propos d'entrepreneurs interviewés par Saxenian (1999):

“Doing business is about building relationships, it’s people betting on people, so you still want to trust the people you’re dealing with. A lot of trust is developed through friendship and professional networks like school alumni [...] if you don’t fulfill your obligations, you could be an outcast . . . the pressure of, hey, you better not do this because I’m going to see you at the temple or sitting around the same coffee table at the TiE meeting . . . and I know another five guys that you have to work with, so you better not do anything wrong".

Voilà, je complète la discussion sur "Le Numérique" simplement pour ne pas passer pour le béat de service. Cet ouvrage a du nécessiter des mois de travail et des choix difficiles sur les choses à traiter et à approfondir au confluent de diverses disciplines. Bravo aux auteurs, il ne fait aucun doute que ce premier traité d'économie numérique en langue française va devenir une référence.

F. Candau
ps: ci-dessous, en spécial dédicace, une vieille photo de l'auteur (légèrement retouchée... se voyait-il déjà au firmament?) et du critique.
Références (à citer dès que vous parlez d'éco géo ;-))
  • Candau, F., 2011. Is Agglomeration Desirable? Annals of Economics and Statistics, vol 101/102, 203-22. Ici ou ici dès fois que le premier lien soit gated
  • Candau, F., 2008. Entrepreneur's Location Choice and Public Policies, a Survey of the New Economic Geography. Journal of Economic Surveys, 2008, vol 22, 5, 909-952.