07 avril 2014

Désinflation = Chômage

Le graphique du jour (France métro pour ne pas exagérer encore plus la relation en ajoutant les DOM) avec en ordonné les prix à la conso (en %) et en abscisse le chômage (en %):

A vous de discuter du sens de causalité et de relancer le débat sur la courbe de Phillips!
---Quelque temps plus tard....
Bon, cela fait désormais quelques jours que le graphique est en ligne, le post a été visionné une centaine de fois et personne pour commenter que la courbe de Phillips concerne l'inflation des salaires nominaux et non des prix. [voir edit en fin de post] Diantre, soyez attentif à vos cours de macro!

La belle affaire, est-ce important? Oui, car les salaires ont tendance à être beaucoup plus rigides que les prix. En glissement annuel ils ont même augmenté de 2% sur les derniers trimestres de 2013 (ICT-salaire seul de l'INSEE). Le FMI a récemment présenté un graphique qui illustre que même dans un pays comme l'Espagne durement frappé par le chômage, les salaires sont très rigides à la baisse. Le passage de 2008 (en bleu) à 2012 (rouge) montre que l'augmentation a baissé mais qu'une faible portion de la distribution des salaires est passée en négatif, en fait une très grande concentration est observée à zéro, les salaires stagnent.

Or si les salaires stagnent et que les prix diminuent (où augmentent moins dans le cas de désinflation) alors les profits sont affectés et l'ajustement s'opère par l'emploi. C'est le pire des cercles vicieux lié à la déflation car plus de chômage, c'est moins de demande et moins de demande c'est une baisse des prix et une baisse des prix c'est plus de chômage... En clair, le graphique précédent "inflation (HIPC)/chômage" est vraiment important car si la déflation s'installe, la pente négative pourrait s'avérer bien difficile à relever.

Edit: cool quelqu'un s'est finalement indigné sur Twitter


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire