31 mai 2009

L'euro, le dollar et un peu d'Histoire.

Il est assez rare que des économistes se lancent dans des prospectives précises telles que celles de Chinn et Frankel (2007) qui considèrent que l'euro détrônera le dollar aux alentours de l'année 2015. Ne boudons donc pas notre plaisir de discuter cette prévision.
 Révisons tout d'abord nos connaissances de base: la puissance monétaire internationale de l'Euro peut être mesurée via ses fonctions d'unité de compte pour le secteur privé et public, d'unité de paiement et de réserve de valeur.
Pour le secteur privé la fonction d'unité de compte correspond aux facturations commerciales (et produits financiers que je n'aborderai pas ici, voir Creel et al. (2008) pour plus de détails) or 50% des facturations hors zone euro se font en dollar contre 28% pour l'euro. Pour le secteur public la fonction d'unité de compte dépend du choix de monnaie d’ancrage or d'après le FMI en 2007 les 1/3 des pays qui utilisaient un ancrage avait choisi l'euro, les 2/3 restant s'étant tourné vers le dollar.
En ce qui concerne la fonction de paiement, la part de l'euro dans les transactions de change a augmenté sur la dernière décennie, mais elle reste encore très loin des 87% affichés par le dollar.
Enfin en tant que réserve de valeur, et pour ne parler que de l'usage public, l'euro progresse dans l'accumulation des réserves de change mais le dollar domine encore.

Ainsi d'une façon générale, l'euro est une monnaie qui gagne des points face au yen et qui revêt évidemment une importance régionale de premier ordre, mais elle n'a pas encore la place de leader monétaire.

L'aura t-elle un jour? en 2015? Discutons d'histoire pour prendre un peu de recul en suivant Flandreau et Jobst (2009) qui nous plonge dans la période où la libre sterling dominait le système monétaire international. Le but de ces auteurs est de tester la littérature traitant de la taille du marché comme variable explicative de la dominance d'une monnaie (Kindleberger (1967), Krugman (1980), Rey (2001)). L'idée est qu'une monnaie a d'autant plus de succès qu'elle est utilisée sur plusieurs marchés. Ces externalités de réseaux ont un effet d'hystérèse (l’hystérèse : les causes d’une situation ont disparues mais les conséquences sont toujours présentes) que les auteurs observent pour le dollar et pour certaines monnaies europénnes ; les pays continuant à utiliser une monnaie alors même que les fondamentaux ont disparus. Ainsi l’Histoire monétaire compte (grâce aux externalités) ! A titre d’exemple en 1900, les externalités sont défavorables au dollar et bénéfiques au Franc (qui est sur-utilisé de 25% par rapport à un scénario sans externalités). Les auteurs ne trouvent cependant pas de stricte persistance de l'Histoire, ce qui les conduit à penser que même sans le choc de la seconde guerre mondiale, le dollar possédait les fondamentaux nécessaires pour détrôner la livre.
Reste à savoir si l'Euro possède ces fondamentaux, on peut en douter, l'Union Européenne est souvent considérée comme une zone monétaire non optimale, il lui manque non seulement une politique budgétaire mais de plus la faible mobilité des facteurs (notamment la faible mobilité des travailleurs qui restera un problème persistant pour des raisons linguistiques) implique que des chocs asymétriques pourraient mettre en danger l'Europe et par ricochet pourrait entraîner une certaine défiance envers l'Euro. Rendez-vous en 2015 pour savoir si je suis trop pessimiste et si le détrônement du dollar par l'euro a eu lieu comme prédit par Chinn et Frankel (2007).
 
  • Bibliographie:

- Chinn et Frankel (2007) Will the Euro Eventually Surpass the Dollar as Leading International Reserve Currency? In G7 Current Account Imbalances: Sustainability and Adjustment, R. Clarida (ed), University of Chicago Press.
- Creel J, Fitoussi J-P, Laurent E et J Le Cacheux (2008) La zone euro : une enfance difficile. Lettre de l’OFCE. no 304.
- Flandreau M, Jobst C, 2009, The emipirics of international currencies: network, externalities, history and persistence. The Economic Journal.
- Rey H (2001), International trade and currency exchange, Review of Economic Studies, vol 68(2), pp 443-64.
- Krugman (1980) Vehicule currencies and the structure of international exchange. Journal of money, credit and banking, vol 12(3), pp 513-26.

2 commentaires:

  1. Anonyme6/07/2009

    Super nouvelle ce blog!!!
    polo64

    RépondreSupprimer
  2. L'euro est à 1.45 aujourd'hui.... Le coyote serait-il en train de tomber?

    RépondreSupprimer