19 juillet 2020

Economic Geography and Path Dependence

Here a lecture by Dave Donaldson (MIT).

The first part is a standard lecture presenting indicators of agglomeration and then the Krugman model to illustrate path dependence and finally the first empirical studies on this topic (David and Weinstein, Bleakley and Lin). If you already know all that, the lecture will become interesting after one hour when the Allen and Davidson model is presented. This quantitative model use historical data to study to what extent the current spatial economy is linked to historical shocks (path dependence) and they find significant effects. 
As it has been emphasized by Mark Roberts on twitter, a model like this is interesting to analyse various shock that now affect the economy in order to understand their long run impact:

"Work has potentially important implications when thinking about, eg, any shock that hits a region, inc. COVID-19, conflict & natural disasters and whether the region is ever fully able to “bounce back.” As such the idea of path dependence links to concepts of resilience". M. Roberts


03 juillet 2020

EU Regions are falling into a Middle-Income Trap?

I have just finished to read this report about "Falling into the Middle-Income Trap? A Study on the Risks for EU Regions to be Caught in a Middle-Income Trap" written by Simona Iammarino, Andrés Rodríguez-Pose, Michael Storper and Andreas Diemer. 

There are many things interesting inside. By borrowing the concept of "middle-income trap" used in international economics and by applying it to region, they offer a general overview of the spatial economy in Europe.

More precisely they distinguish three different types of trapped regions (p.3-4):
  1. "Regions trapped at high levels of income: These are territories that, despite still being relatively well-off in terms of GDP per capita, have experienced long periods of subpar economic, productivity, and employment growth, often associated with the demise of industries that were their main source of wealth in the past. This group includes most regions in Central and North Eastern France, Northern and Central Italy, Northern Jutland in Denmark, South Sweden, Southern Finland, and Lower Austria. These regions have experienced significant relative economic decline, bringing many of them closer to middle-income levels in the EU.
  2. Regions trapped at middle-income levels: These are regions that had achieved, by the late 1990s, levels of GDP per head that were between 75 and 100 percent of the EU average, but whose economic dynamism has since stagnated. As a consequence, they have struggled to improve their standing, often both in relative and in absolute terms. This group includes regions in the Italian Mezzogiorno, areas of Greece close to Athens and Thessaloniki, Valencia and Murcia in Spain, but also regions that have been declining for a considerable amount of time in Wallonia (Belgium) and Northern England (UK).
  3. Regions trapped at low levels of income: These are regions that, in contrast to most of the less developed regions in Europe receiving substantial investment from the Cohesion Policy, have struggled to sustain any type of economic dynamism at levels of GDP per capita below 75 percent of the EU average. Regions such as Calabria in Italy, East Macedonia and Thrace, West Greece, Thessaly, or Epirus in Greece, as well as regions in Central and Eastern Europe, such as Adriatic Croatia or Southern Transdanubia in Hungary, belong in this group".
By looking at their map (see below), it seems that for different reasons, many regions in France and Italy are in a middle income trap!


To analyse the determinants of being trapped, they use a simple estimation in panel data with very standard explanatory variables (innovation, political governance and so on) and fixed effects. This analysis may be biased (endogeneous issues), but it is not an accademic paper and for a report that has the aim to attract the interest of policy makers at the regional scale, I think it is a worth reading descriptive analysis. This report may be also useful for graduate students interested in urban/regional economics. 

23 juin 2020

La croissance américaine : de l’essoufflement à un quasi effondrement ?

Excellente vidéo de Laurent Ferrara pour le CEPII sur les perspectives de croissance de l'économie américaine:
Vous trouverez à la fois des graphiques, des références académiques et une vision de court et de moyen terme, le tout présenté de façon très pédagogique.
 
Sur les graphiques, j'ai bien aimé la présentation de la baisse des taux de croissance: 4% dans les années 50-70, 3% ensuite, 2% à partir des années 2000 et le risque de descendre durablement à 1% après cette crise sanitaire.

Cette baisse du taux de croissance américain, aboutissant à la stagnation séculaire de Summers, est accompagnée d'une discussion académique sur ses origines:
  • Ré-allocation factorielles vers des secteurs moins productifs (indus->service)
  • Faible investissement des entreprises car augmentation du pouvoir de marché des grands groupes (Philippon, 2020)
  • Déclin de la force de travail (Vollrath, 2020) 
  • Goulot d'étranglement de l'épargne (Bernanke, 2005)
  • Augmentation des inégalités
Idem la décomposition des chocs (offre, demande, incertitude) est systématiquement associée à des références (Guerrieri et al., 2020, Challe, 2020 etc). 

J'ai aussi apprécié le rappel des travaux de Case et Deaton (2020) concernant la détresse d'une partie de la population non qualifiée.

Sur le côté pédagogique de la présentation, le passage sur la différence entre niveau du PIB et croissance pour obtenir une reprise en V, en U, en L, en W etc, pourra intéresser des étudiants/lycéens qui débutent en économie (vers 42 min). 

13 avril 2020

Taming Tax Competition with a Common Corporate Income Tax

For years now, there is a call by economists to set a minimum tax rate on capital at the global level. Arguments were theoretical at first (e.g. Baldwin and Krugman, 2004) and are now increasingly based on empirical analysis. In this period of unpreceding crisis due to COVID19, Laffitte et al. (2020) propose a minimum effective tax rate at 20% on the global profit of multinational firms. I think this is an interesting and important proposition, even if we can be skeptical about the possibility of this implementation due to the past failures to lead any kind of coordinations on that respect. 

But systemic crisis sometimes help people/governments to change their mind. Health is a common good, and in this pandemic situation we realize that it is also a global public good. This is obviously true for the environment and climate change, but also for our economies. How to finance these common goods? The big issue is the financial globalisation, the mobility of capital just impedes redistribution where international trade has negative side effects and reduces the capacity of many states to invest in health, education, infrastructure, climate change and so on.


The first best may be a global institution, but we speak about TAXES, so about the DNA of national governments, no chance that they will lose their sovereignity on that subject (even if, in fact, they lose it everyday due to capital mobility...). 

So the second best, is indeed a common tax on corporations and a minimum level at 20% has some chance to be accepted by big players. Not sure for Trump, but Joe Biden for instance proposes to raise the current taxe at 25%. 

The third best is to set such a tax in all european countries at least. 

Just to be sure that you all know well the situation, I document below the growing impossibility of countries to set a tax on capital (this post is based on Candau and Le Cacheux, 2018).

Treaties shopping


European and international rules of taxation are archaic. 

In the current system, profits are generally taxed according to the source based principle, i.e. where profits have been reported, while interest and royalty payments are deductible at source and taxed in the residence country of the recipient.  Initially designed in the 1920s, under the auspices of the League of Nations, such a system was mostly geared at avoiding double taxation. 

The problem is particularly serious when firms import and distribute at home, goods produced abroad by subsidiaries. In that case, each entity has to compute its profit by using “transfer prices”, in principle set on comparable transactions between unconnected parties. This is the “arm’s length pricing” principle. This principle defines how the profits of MNFs are allocated between countries. The main problem is that the manipulation of this principle is widespread in practice. Corporations in high-tax countries tend to sell intermediate goods at low price to their low-tax subsidiaries while these entities export to them at high price. 

For instance, Hanson, Mataloni and Slaughter (2005) find that the demand of American multinational enterprises for imported inputs is higher when affiliates face lower corporate income tax rates. Vicard (2014) finds that the manipulation of transfer prices in France led multinationals firms to decrease the value of exports by 0.8% and to increase imports value by 0.5% in 2008. This strategy enabled multinational groups to reduce the corporate tax bill they paid in France by 10% on average, saving approximately 8 bn USD in 2008. Davies, Martin, Parenti, and Toubal (2017) confirm the existence of tax avoidance through transfer pricing in France, but observe that this strategy is concentrated on a small subset of firms (driven by the exports of 450 firms to ten tax havens), which leads them to conclude that significant revenue increases can be obtained by authorities with minimal cost by targeting enforcement. 

These analyses may underestimate tax avoidance since comparable transactions between unconnected parties to set the transfer prices are not always available to detect the fraud. In developed tertiary economies, such a problem is particularly acute since many incomes are derived from intangible assets related to intellectual property (patents, trademarks, brands and copyrights). For instance when Google transferred its technology in 2003 to its Bermuda subsidiary (just before being listed as a public company), no comparable transaction was available and the fair transfer price (in the arm’s length pricing spirit) seems hard, not to say impossible to set. A common tax planning strategy is to locate intangible property in a group subsidiary resident in a low-tax country and license it to other group subsidiaries residing in high-tax countries. The most famous practice of this kind is the “Double Irish Dutch sandwich” used by Google. In this evasion scheme, revenues are shuttling back and forth in four “shops”: the US, Bermuda, Ireland and the Netherlands. 

The historical collective failure to lead tax discussion on a multilateral basis and thus by default the necessity to rely on bilateral agreements is at the origin of treaty shopping. Multinational firms with stateless income tax planning exploit tax loopholes at the detriment of high-tax countries where these firms operate and sell most of their products. Transfer pricing (including the location choice of intangible property that benefits of preferential tax treatment in many countries) automatically leads to tax evasion which could explain 70% of profit-shifting (European Commission, 2015). 

Debt shifting is also a common practice to evade taxation. MNFs easily shift profits by financing group companies in high-tax countries offering interest deductibility with intra-group debt from affiliates residing in low-tax countries. Adopted in 1990 and amended in 2003, the European directive on Parent-subsidiary taxation failed to properly address this issue.

Figure below reports the mean of corporate income tax rates in the EU (including countries only after each enlargement) and eleven OECD members with European countries before they join the EU.



Immobile agents (domestic firms, workers) are asked to contribute more while multinational firms exploit tax loopholes at the expense of high-tax countries in which these firms operate and sell most of their products. Tax competition has been the rule, leading to a ‘race to the bottom’ on statutory tax rates and discriminatory tax treatments.

More recently some other small countries, like Luxembourg, or larger ones like the UK, have taken the leadership of this tax competition game. This competition has been more or less intense depending on the sector considered. For instance, firms in the financial sector have been much more prone to relocation with an estimated marginal effect of taxes that is twice larger in this sector than in manufacturing (Lawless et al. 2017). 

Intellectual Property Box


The recent multiplication of IP box regimes to attract intangible assets certainly also reflects a new field of tax competition.

As previously described, intangible assets are highly mobile and thus are very sensitive to corporate income taxation as shown by Griffith et al. (2014) concerning the location of patents. In response, many European countries have introduced “Intellectual Property (IP) Box regimes” reducing the rate of corporate tax levied on the income derived from patents and intellectual property (Evers et al. 2015). These preferential tax regimes have been clearly identified as harmful tax practices by the OECD (2013a) and by the European Commission (2013). Alstadsæter et al. (2015) even identify that patent box regimes deter local innovative activities. 

To analyse tax competition, the study of the Effective Average Tax Rates (EATR) is interesting since this tax rate measures the wedge between the pre- and post-tax return on a typical investment project. Discrete choices of investment made by multinational firms between alternative locations depend on EATR.



Comparing the different tax rates, the drop in the Statutory tax rate has been more pronounced than the EATR (and EMTR), indicating that taxes are set to attract the most mobile base, while maintaining a relative higher tax on less mobile firms. 
Interestingly, Laffitte et al. (2020) shows that "air transportation, automotive manufacturing, and cruise lines have very low effective tax rates, both in the U.S. and the E.U., which indicates a modest contribution to the funding of public services. Despite low effective tax rates, these firms will receive financial help from governments all over the world".

Concluding remark


In Candau and Le Cacheux (2018), we analyze tax competition on different type of capital using the EATRs on industrial building, intangibles, machinery and inventory assets for 25 European countries over the period 1998-2012. We also lead a more classical regression by using CIT rates (from Eurostat) for the same sample of European countries but for a longer period of time (1996-2013). To deal with the endogeneity bias, we adopt an intrumental approach in two-steps (as an instrument we use the shares of old and young people, which is a good explanatory power of tax rates whithout being depend of it).

Without surprise, we find that the elasticity of the EATR to the averaged averaged tax rates of partners is much more larger for financial and investment assets than for industrial buildings. This result illustrates the intensity of the race to the bottom concerning the most mobile base.

We need to stop this race to the bottom. A common tax in rich countries is the solution. A minimum level at 20% as the one proposed by Laffitte et al. (2020) is not too high and represents a compromise to facilitate negociations.

References

  • Candau Fabien, Le Cacheux Jacques, « Taming Tax Competition with a European Corporate Income Tax », Revue d'économie politique, 2018/4 (Vol. 128), p. 575-611. DOI : 10.3917/redp.284.0575. URL : https://www.cairn.info/revue-d-economie-politique-2018-4-page-575.htm
  • Laffitte S, J Martin, M Parenti, B Souillard & F Toubal. International Corporate Taxation after Covid-19: Minimum Taxation as the New Normal. CEPII Policy Brief 30.
All other references are listed in Candau and Le Cacheux (2018).

07 avril 2020

Secteur pharmaceutique, monopole et commerce international

L'industrie pharmaceutique a quasiment un siècle et mériterait un long post, j'essaierai cependant de faire court en abordant principalement (mais brièvement) l'organisation concurrentielle et internationale de ce secteur. Cependant, avant cela, attardons nous quelques instants sur la découverte accidentelle par Alexander Fleming d'un champignon, le penicillium notatum. Cette moisissure allait changer la vie de l'humanité devenant quelques années plus tard le premier antibiotique, la pénicilline. La méthode de production (utilisant le maïs, découverte par le ministère de l'agriculture américain) est devenue véritablement industrielle avec la seconde guerre mondiale, impliquant plus de vingt entreprises différentes. La concurrence fut si forte qu'au sortir de la guerre, le prix de gros de la pénicilline en 300 000 doses unitaires n'était que de 3 dollars en 1945 et qu'il continua de baisser passant à 1 dollar en 1948 et à 10 cents en 1953 (Scherer, 2000). 

Le succès de la pénicilline a conduit un autre chercheur, Selman Waksman à analyser de nombreux échantillons de sol au début des années 1940 et il découvre ainsi la streptomycine. Avec Waksman, une certaine méthode de la découverte venait de naître et de nouveaux antibiotiques à large spectre ont rapidement été obtenus entre 1948 et 1953. Cette méthode de "terrain" diffère de l'approche allemande de Paul Ehrlich qui développe en 1909 le premier médicament de synthèse, un arsenical actif contre la syphilis.

Ces deux modèles de recherche vont être à la base de l'industrie pharmaceutique alliant une R&D sur les effets thérapeutique de nouvelles molécules (Ehrlich) et sur des substances naturelles (Waksman). 

Contexte français

En France, c'est l'une des industries qui a connu la plus forte croissance sur les 50 dernières années (IRDES). Le chiffre d'affaire de cette industrie s'élevait à 6,5 milliards d'Euros en 1970 contre 53 milliards en 2015 selon le LEEM dont plus de la moitié est réalisée grâce aux exportations (26,2 Mrd€). Cette industrie emploierait 101 000 emplois directs et est caractérisée par une très forte concentration des entreprises qui a de plus augmenté au fil des ans. Le graphique ci-dessous illustre ainsi qu'il y avait 422 entreprises dans ce secteur en 1970 et que ce nombre est passé à 250-70 récemment.

Graphique 1: Nombre d'entreprises dans le secteur pharmaceutique en France

Pour d'écrire davantage cette industrie et notamment son ouverture internationale, L'INSEE(2016) distingue trois catégories de firmes en France:

  • Les entreprises qui produisent en France pour servir les marchés intérieur et internationaux

Ces entreprises regroupaient un quart des firmes multinationales de la pharmacie en France, réalisant plus de la moitié de la production (58 %) et de la valeur ajoutée (53 %) de l’ensemble. 

Forte hétérogénéité dans cet ensemble: "Ce modèle contient notamment les plus gros acteurs nationaux ; les dix plus grandes entreprises en couvrent à elles seules les trois quarts des effectifs et de la valeur ajoutée. Ces grandes firmes cohabitent avec des firmes de plus petite taille : laboratoires familiaux ou filiales de groupes étrangers installées en France pour produire et distribuer en Europe. Au total, les entreprises de ce modèle emploient 80 000 salariés, dont 62 000 dans la pharmacie".

  • Firmes intermédiaires
Cette catégorie est nommées le modèle « Échanger et produire » par l'INSEE, ce sont des firmes intermédiaires, à la fois par leur taille (52000 salariés, en moyenne 160 salariés par entreprise, VA médiane de 16 millions d'€) et par leur activité d'import/export qui représente plus de trois fois leur production.
  • Firmes importatrices
Les entreprises dans ce groupe ne produisent pas ou peu, n'exportent pas, et se concentrent sur le marché intérieur. Ce sont de petites entreprises (30 000 salariés, 50 salariés par boîtes, VA médiane de 4 millions €) sous contrôle étranger.

Cycle du produit

Pour comprendre un peu mieux ce secteur, une brève analyse du cycle de production d'un médicament peut être intéressante. Nous pouvons distinguer 4 temps importants:

  • La découverte et le développement
Les méthodes de découverte ont dépassé les techniques de découverte par tâtonnement d'Ehrlich et de Waksman.  La recherche de nouvelles molécules est devenue beaucoup plus rigoureuse et systématique. A partir des années 1970, des approches dites rationnelles (axées sur les mécanisme pathologique et sur la biochimie), puis le développement de l'informatique ont permis de davantage ciblés les recherches. Cependant, en dépit de ces progrès, sur les milliers de molécules analysées, seules quelques unes font l'objet d'un brevet. Les découvertes les plus "faciles" ont en quelques sortes déjà été réalisées (sans parler de problèmes majeurs comme la résistance aux antibiotiques).
  • Les tests

Ces molécules devront ensuite passer plusieurs tests et essais cliniques avant de devenir un médicament. Les exigences de vérification se sont renforcées ces dernières années, et au regard de différents scandales, c'est plutôt une bonne chose. Car l'histoire de l'industrie pharmaceutique c'est aussi la mise en vente de médicaments dont la toxicité a été reconnue après causé la mort ou des troubles importants (le Stalinon en 1953, la Thalidomide en 1961, le Distilbène en 1971, puis plus récemment les scandales de l'hormone de croissance, de Isoméride, du Mediator, de la Dépakine etc).

  • La mise sur le marché
Entre la découverte et la mise sur le marché, il faut compter en moyenne huit ans.
  • La fin du monopole et l'entrée des génériques. 

Ci dessous un Graphique du LEEM qui représente les laboratoires pharmaceutiques, qui illustre le raccourcissement de la période de profit depuis l'entrée massive des génériques.

Cycle du médicament (source: LEEM)

Concurrence monopolistique, monopsone et régulation

Les brevets qui permettent d'exploiter un produit sur plusieurs années années confèrent aux firmes de ce secteur une position de monopole sur les variétés qu'elles produisent. On parle de concurrence monopolistique. Petit rappel de microéconomie: un monopole est une entreprise, qui profite littéralement de son pouvoir de marché pour fixer un prix supérieur à son coût marginal de production ce qui cause une perte nette pour la société dans son ensemble. Ce pouvoir de marché n'est évidemment pas sans limite, tout d'abord les brevets sont temporaires (les génériques ont d'ailleurs contribué a diminuer le coût des traitements), de plus les firmes peuvent développer des molécules similaires et il existe donc une concurrence plus ou moins directe. Les stratégies de production des laboratoires est assez complexes, mais pour simplifier on peut noter qu'avant les années 90s les grands groupes réalisaient des profits importants avec des produits phares, dits "blockbuster", mais au moins deux éléments ont en partie fait vaciller cette stratégie. Tout d'abord les brevets de nombreux blockbusters sont arrivés à terme, de plus les stratégies "me too", qui consistent à n'améliorer un produit qu'à la marge se sont généralisées. Pour restaurer leur pouvoir de monopole de nombreuses fusions et acquisitions ont eu lieu à partir de cette date. Enfin, une stratégie de niche, dites nichebuster, s'est développée autour de l'idée de fournir des médicaments plus spécialisés (et peut-être moins facilement copiable) sur des maladies plus rares de sortes à fixer des prix très élevés (Lakdawalla, 2018; Montalban, 2011).

Pour contrebalancer ces monopoles, l'Etat dispose d'un pouvoir de monopsone, il représente une part importante de la demande. Son intervention est de plus continue, il fixe les prix, décide de la durée des brevets, du remboursement des médicaments etc... Ce post est déjà trop long, donc pour une analyse historique et sociologique de détermination du prix des médicaments et des négociations entre l'Etat et les industriels en France voir Nouguez et Benoît (2017).



Doit-on favoriser la concurrence dans ce secteur? 

De nombreuses études théoriques présentent les mécanismes économiques expliquant comment les brevets favorisent les innovations et la croissance économique en augmentant les rentes issues de ces activités de R&D (Romer, 1990; Aghion et Howitt, 1992).

Les pouvoirs publics craignent ainsi qu'une réduction de ces perspectives de gains créent de mauvaises incitations en termes de R&D. Cette vision n'est pas une vue de l'esprit, un grand nombre de maladies dans les pays en développement ne font l'objet d'aucune recherche. Les faibles recherches sur la malaria, ou encore le désastre causé par la récente épidémie de maladie à virus Ebola en sont l'illustration (vous en trouverez d'autres). L'espérance de gain qui motive la recherche d'une molécule est en partie déterminée par la "taille du marché", c'est à dire par la demande et sa croissance.  Acemoglu et Linn (2004) constatent qu'une augmentation de 1% de cette taille du marché est associée à une augmentation de 4 à 6 % du nombre de nouvelles entités moléculaires entrant dans le marché. La valeur exacte de cette élasticité est très débattue, mais l'effet de la demande sur l'innovation semble certain. Blume-Kohout et Sood (2013) montre par exemple que l'élargissement de la couverture de remboursement (Medicare Part 2) à plus de 28 millions de sénior américains a entraîné une augmentation des prescriptions ayant eu pour conséquence une hausse de la recherche des laboratoires. Le graphique ci-dessous représente une étude de cas pour les traitements contre Alzheimer qui sont entrés dans cette politique et mis en perspective avec le nombre de test cliniques pour les hormones contraceptives qui n'ont pas bénéficié de cette réforme. Le résultat est très visuel, alors que les recherches sur Alzheimer diminuaient avant la réforme, elles ont constamment augmenté ensuite. A l'inverse, on peut voir que les recherches sur les contraceptifs hormonaux n'ont pas évolué au passage de l'année d'implémentation de Medicare Part 2.

Médicaments entrant dans les essais cliniques pour la maladie d'Alzheimer par rapport aux contraceptifs hormonaux

L'importance de réaliser un chiffre d'affaire conséquent semble être d'autant plus nécessaire que les coûts de R&D peuvent être particulièrement élevés. Ce secteur se situe ainsi à la deuxième place derrière l'automobile en France, mais devant l'aéronautique, la chimie, l'informatique et la communication.

L'objectif de l'Etat est de soutenir ces recherches, mais dans le même temps les médicaments innovants aux prix exorbitants (41000 euros pour un traitement de 3 mois contre l'hépatite C) crée un malaise, ces recherches ne pourraient-elles pas se poursuivre à un prix plus faible? La cours des comptes, médecin du monde, la ligue contre le cancer et bien d'autres ont tendance à répondre par l'affirmative à cette question. L'Assurance Maladie se pose des questions similaires et note dans un rapport de 2017 que "les nouveaux traitements dans des domaines très spécialisés, tels que la cancérologie, la rhumatologie ou l’infectiologie (avec les récents médicaments contre l’hépatite C), qui augmentent significativement les coûts de traitement et dont l’impact budgétaire questionne la soutenabilité du système de remboursement solidaire". Ce rapport met en avant les progrès que représentent ces traitements mais analyse dans le même temps l'augmentation du prix d'une année de vie gagnée (je reviendrais sur cet indicateur dans un prochain post). Les prix ont ainsi fortement augmenté pour des résultats moindres que par le passé. Ce résultat peut bien sûr refléter des rendements décroissants dans la recherche mais il est difficile d'exclure que ces prix ne reflètent pas une stratégie de discrimination des monopoleurs dont la stratégie économique est de faire payer au consommateur (en l’occurrence, l'Etat) le prix maximal qu'il est prêt à payer. 


Tous les médicaments sont fabriqués en Asie?

La pandémie du COVID19 a révélé au grand public que la logique du commerce international s’appliquait aussi au secteur pharmaceutique. Dans les années 80, l'Europe (et notamment l'Allemagne) produisait une grande partie des produits actifs des médicaments, mais dans les années 90 et plus encore dans les années 2000, la Chine va devenir le pays de production n°1. 

De plus, le fait que le commerce mondial soit un commerce de biens intermédiaires, où la production de molécules de base est en partie délocalisée dans les pays asiatiques, fait peser le risque d’une rupture de la chaîne de production. Enfin, le fait qu’une grande partie de ce commerce soit intra-branche (environ 40% des échanges internationaux), c'est-à-dire que les nations échangent entre elles des variétés différentes de produits, pose un problème particulier dans une période de pandémie mondiale où les échanges sont bloqués. Le manque de coordination et de pilotage à l'échelle européenne est à cet égard très dommageable. Une partie des échanges de produits médicaux se fait en effet au sein de l'UE, et une pandémie est justement un drame qui dépassent les nations, bref l'Europe aurait été un bon échelon pour mieux gérer les échanges, la production (et avant cela les stocks)...Notons cependant que les pays européens n'ont pas été les seuls à considérer les médicaments comme un biens comme les autres. Au Etats-Unis, 97% des produits servant à la production d'antibiotiques sont produits en Chine.  

Les graphiques ci-dessous illustrent cet échange réciproque de biens entre nations au sein d'un même secteur. 




A cette organisation internationale, s'ajoute l'adoption du lean management et d'une production "juste-à-temps". Le principe, initié par Toyota dans les années 1950, est de réduire le temps de traversée entre le point d'entrée de la matière première dans l'entreprise et la vente du bien. Pour accélérer les flux le long de la chaîne de valeur ajoutée et réduire les coûts, la réduction des stocks est une conséquence logique de la stratégie des laboratoires. Le problème évident de cette fragmentation de la chaîne de production et de son management est que si elle est trop intensive des tensions d'approvisionnement peuvent apparaître. L’Agence française du médicament comptait ainsi en 2018 que plus de 500 cas de médicaments ayant un «intérêt thérapeutique majeur » présentaient un risque de rupture d'approvisionnement.

Les pouvoirs publics ne sont pas inactifs face à cette situation. La loi de sécurité du médicament de 2011 établissait dans son article 46 l'obligation pour les entreprises d'anticiper 1 an à l'avance les possibles ruptures de stock et l'article 45 imposait aux grossistes-répartiteurs de préciser les exportations prévue dans ce même horizon temporel. En 2016, un plan de "gestion des pénuries" a été mis en place visant à justement augmenter les stocks et à identifier des alternatives aux produits pouvant être en ruptures. 

Hélas la crise du COVID19 a mis en évidence la fragilité de ces plans concernant une grande partie d'appareil médicaux... les masques, les appareils respiratoires et l'incapacité industrielle à réaliser des tests à grande échelle ne sont sans doute que les parties émergées de l'iceberg.  Espérons que cette crise renforcera les politiques publiques visant à assurer l'indépendance et la capacité de production du secteur de la santé. La relocalisation des industries pharmaceutique en Europe (et en France) nécessitera cependant plus que des discours, il faudra un engagement continuel et long des gouvernements, car outre le fait que ces productions nécessite un savoir faire et une technologie que nous avons peut-être perdu, la relocalisation nécessite une coordination de différent acteurs qui est loin d'être évidente.  



Références

  • Aghion, P., & P. Howitt, 1992, A Model of Growth Through Creative Destruction, Econometrica, 60(2), 323–351.
  • Acemoglu, Daron, and Joshua Linn. 2004. “Market Size in Innovation: Theory and Evidence from the Pharmaceutical Industry.” Quarterly Journal of Economics 119 (3): 1049–90.
  • Blume-Kohout, Margaret E., and Neeraj Sood. 2013. “Market Size and Innovation: Effects of Medicare Part D on Pharmaceutical Research and Development.” Journal of Public Economics 97: 327–36. 
  • Lakdawalla, 2018, Economics of the Pharmaceutical Industry, Journal of Economic Literature 2018, 56(2), 397–449.
  • Montalban, M. 2011. La financiarisation des Big Pharma. De l'insoutenable modèle blockbuster à son dépassement ? Savoir/Agir 2011/2 (n° 16), pages 13 à 21.
  • Nouguez E et C Benoît, 2017. Gouverner (par) les prix. La fixation des prix des médicaments remboursés en France. Revue française de sociologie 2017/3 (Vol. 58), pages 399 à 424.
  • Romer, P. M., 1990, Endogenous Technical Change, Journal of Political Economy, 98(5), S71–S102.
  • Scherer, 2000.  F. M. 2000. “The Pharmaceutical Industry.” In Handbook of Health Economics: Volume 1B, edited by Anthony J. Culyer and Joseph P. Newhouse, 1297–336. Amsterdam and Boston: Elsevier.

02 avril 2020

Firmes hétérogènes et commerce international

La distribution de la taille des firmes est telle qu'il existe des millions de petites et de moyennes entreprises mais seulement une poignée de multinationales dont les profits et la valorisation en bourse sont équivalentes au PIB de certains pays. Les journalistes comparent ainsi régulièrement les valorisations en bourse et les PIB de différentes nations. A ce petit jeu, Apple fait arme égale avec le 16ième plus gros PIB au monde, celui de l'Indonésie, Amazone égalise la Turquie, Alphabet Inc et Microsoft Corp tutoient les Pays-Bas.

Comparaison n'est pas raison et le PIB des Etats n'a rien à voir avec la valorisation boursière des firmes mais ces chiffres permettent cependant de réaliser l'hétérogénéité extrême du système productif. En effet à côté des “champions nationaux”, l'économie des nations est constituée de millions de petites et de moyennes entreprises. Cette hétérogénéité des entreprises peut se mesurer de différentes manières, en terme de valorisation boursière, de chiffres d'affaire mais aussi en terme d'emplois. 

En 2019, la France comptait 3,1 millions de TPE et PME, soit 99,8 % du nombre total d’entreprises dont la plupart étaient des microentreprises. Ces entreprises réalisaient 36% du chiffre d'affaire total des entreprises françaises. Seulement la moitié des salariés étaient employés dans ces entreprises, ce qui représentait tout de même 7 millions d'emplois. 

Parmi ces millions d'entreprises, lesquelles sont exportatrices? Que représentent la part des exportations des grandes entreprises dans le commerce international des nations? Quelles sont les caractéristiques des firmes exportatrices? Comment les coûts à l'exportation jouent sur la distribution des firmes qui exportent?

Ces questions sont relativement récentes en économie internationale. Les modèles Ricardiens et HOS traitaient des coûts de production mais l'analyse était focalisée sur les nations. Le Portugal exportait du vin et l'Angleterre des draps, en bref le commerce international était une affaire macroéconomique. De la même façon le modèle canonique de concurrence monopolistique en économie internationale, le modèle de Krugman (1980), suppose une firme représentative de l'ensemble des firmes exportatrices; les exportations d'une nation sont donc la somme des exportations de n firmes identiques. Face à une variation des coûts aux échanges, seul le nombre de firmes peut évoluer. 

Mais dès lors que l'on prend la mesure de l'hétérogénéité des firmes, ce genre d'analyse devient insuffisante. Nous souhaiterions en effet savoir comment les PTE, les PME et les grandes entreprises réagissent sur les différents marchés internationaux face à des chocs de demande (crise de 2008, COVID-19) et d'offre (concurrence des produits asiatiques, révolution technologique). La marge intensive de ces différentes entreprises, c'est à dire l'ajustement des ventes, est en particulier fondamental pour comprendre les performances à l'export. En d'autres termes, une analyse plus microéconomique est nécessaire. 

Depuis les années 2000, cette démarche microéconomique est au cœur des recherches en économie internationale. L'un des points importants de ces travaux est de focaliser le débat sur la productivité des firmes, et notamment sur les seuils de productivité à partir desquels les firmes exportent sur un ou plusieurs marchés. Ce focal sur les productivités a donné un nouveau souffle aux recherches sur la compétitivité et notamment sur la distinction ancienne entre compétitivité prix (coûts du travail, des biens intermédiaires dont l'énergie et des services, change) et compétitivité hors-prix (variété et qualité des produits). 

29 mars 2020

Théories de l'information

Lorsque vous allez chez votre dentiste ou chez votre garagiste et que l'un ou l'autre vous annoncent la nécessité de réaliser une réparation/opération coûteuse, vous êtes face à une asymétrie d'information. Ces professionnels peuvent profiter de votre ignorance pour vous faire payer une opération qui n'était peut-être pas nécessaire.

L'expression française de “menteur comme un arracheur de dents”, où la réputation de “voleur” qui entache la profession des garagistes souligne la possibilité de ces comportements déviants lorsque l'information est asymétrique. Evidemment ces professions ne sont que des exemples, pour en donner un supplémentaire, l'étude de Johnson and Rehavi (2016) a montré que certains obstétriciens américains profitaient de l'ignorance des femmes enceintes pour pratiquer des césariennes qui n'étaient pas nécessaires simplement pour augmenter leurs salaires (aux Etats-Unis, les césariennes sont mieux payées que les accouchements naturels).

Ces asymétries d'information peuvent avoir de multiples conséquences sur le fonctionnement du marché que je détaille dans cette courte vidéo pour mes étudiants de L1 Introduction à la micro. Vous y trouverez le marché des occasions (Akerlof, 1970), l'application au marché bancaire (Stiglitz et Weiss, 1981) et les solutions à ces problèmes dont le signalement (Spence, 1970). Si vous préférez lire plutôt qu'écouter, le pdf est disponible ici.

25 mars 2020

Dépenses de santé depuis 1950

Dans cette vidéo, les évolutions des dépenses de santé depuis 1950 sont présentées en utilisant les indicateurs de Consommation de Soins et de Services Médicaux et les Dépenses Courantes de Santé. Les déterminants de la forte croissance de ces dépenses (+7% par an) jusqu'en 1985 puis la décélération de cette croissance sont présentées ainsi que les évolutions actuelles du secteur de la santé. Le chapitre s'ouvre sur les conséquences de la crise du coronavirus pour ce secteur.



23 mars 2020

Hyperinflation ou déflation?

J'enseigne l'introduction à la macro à des non économistes depuis maintenant suffisamment de temps pour avoir connu des événements qui me semblaient initialement hautement improbable. Le premier c'était les taux d'intérêts négatifs: dans les années 2004-08 j'enseignais que c'était possible mais assez improbable...méa culpa.

Depuis, je regarde avec inquiétude toutes les parties de mon cours qui me semblent (et qui semblent à nos étudiants) un peu exotiques, en me disant "et si ça aussi, ça arrivait"...

L'un des trucs les plus étrange que j'enseigne, c'est "le coût en chaussures", nommé de façon plus académique "coût d’inefficience" qui indique qu'en période de forte inflation, les liquidités sont investies de façon inefficace.

La référence aux "chaussures" provient du fait que comme la monnaie domestique perd constamment de sa valeur, les agents se précipitent dans les banques (et usent leurs semelles!) dès qu'ils ont des liquidités pour les convertir dans un actif qui ne perd pas de valeur (à l'heure des CB et des banques en ligne, le terme est moins adéquat mais le mécanisme toujours valide). Ainsi durant l'hyperinflation allemande, des coureurs étaient employés par les entreprises pour se déplacer plusieurs fois par jour à la banque pour convertir chaque vente et se débarrasser des Marks qui perdaient de leur valeur dans la journée. L'investissement au lieu d'aller dans des activités productives était détourné vers ces coursiers et vers d'autres activités improductives (y compris bancaires).

Ces périodes d'hyperinflation, où le prix du repas change entre le moment où vous rentrez dans le restaurant et le moment où vous en sortez, semblent être de la science fiction. Actuellement le risque que nous courrons, est plutôt une récession et une période de déflation... et pourtant, si c'était l'inverse qui se passait? P Waechter pense par exemple que l'hyperinflation est très crédible. Les Banques Centrales vont déverser des montants monétaires énormes dans les jours et les mois qui viennent, la BCE a déjà déclenché un plan de 750 milliards d'Euro, et face à l'endettement inédit des Etats, elle va devoir poursuivre cet effort. Or, on ne résout rien avec une planche à billet, ce qui fait la richesse économique des nations, c'est bien la production. Ce déversement de liquidité pourrait disqualifier notre monnaie, et l'on pourrait alors connaître cette usure des chaussures et bien d'autres maux (coûts fantôme, coûts en catalogue etc).

La situation allemande et les autres crises d'hyperinflation récente ou ancienne (Argentine, Pologne, Venezuela, Zimbabwe etc) ne ressemblent en rien à ce que nous vivons. En 1923 le Mark n'avait plus aucune valeur mais d'autres monnaies étaient valorisées sur les marchés, la guerre avec ses gagnants et ses perdants. Aujourd'hui, contre quoi pourrions nous échanger frénétiquement nos euros? du bitcoin? de l'or?

Il est fort possible que des valeurs refuges montent en flèche, mais penser que l'endettement des Etats et les interventions massives des banques centrales vont déboucher sur de l'hyperinflation est une prédiction qui omet les récentes opérations de Quantitative Easing opérées après la crise de 2008, et la montée des dettes souveraines qui n'ont pas débouché sur de l'hyperinflation (comme le craignaient d'ailleurs déjà à l'époque certains économistes).

Pourquoi la situation serait-elle différente? Parce que le système productif du monde est à l'arrêt complet. Certes, c'est un argument, et sur le très court terme il n'est pas exclut qu'il y ait un peu d'inflation. En effet lorsque l'activité va reprendre il est possible que la demande excède les capacités sur certains biens. 

Mais la demande va t-elle être si soutenue? Très rapidement les économies risquent d'être dans une trappe à liquidité où la politique monétaire à elle seule ne pourra pas faire grand chose (les politiques budgétaires ont rarement un effet immédiat, entre le moment ou elles seront décidées à Paris et/ou à Bruxelles et le moment ou elles rentreront en action, sans parler des multiples conditions qui seront introduites), beaucoup d'entreprises vont faire faillites, d'autres vont casser les prix. Le taux de chômage va augmenter, les ménages vont voir leur revenu diminuer, consommer moins, etc...

La seule inconnue de mon point de vue sur la tendance des prix est celle de l'immobilier. Les taux durablement bas pourraient bien continuer à soutenir la bulle immo en Fr. Le blocage des chantiers pourrait réduire la croissance de l'offre. D'un autre côté, les difficultés économiques des acheteurs pourraient aussi affecter ce secteur à la baisse. 

EDIT du 21/04: Vidéo très pédagogique d'Olivier Passet expliquant "les illusions perdues d'une reprise forte":




Bref une période de déflation, bien plus qu'un passage à l'hyperinflation est à prévoir.

F. Candau.

22 mars 2020

Nouvelles théories du commerce: la taille du marché

Voici une vidéo pour mes étudiants en L3 Option Economie Internationale sur les nouvelle théories du commerce international.
Cette première partie du cours traite de l'importance de la taille du marché (ou de l'accès au marché) qui permet d'agglomérer des activités (les ateliers du monde) et de développer des territoires jouant le rôle de plateforme aux exportations.
Présentation simplifiée du modèle monopolistique allant de l'économie internationale à l'économie géographique.
Quelques illustrations des conséquences de l'intégration sur l'agglomération des activités en Europe, en Chine et en France.


19 mars 2020

Bien privé et bien public

Voici ma vidéo destinée à mes étudiants de L1 en intro à la micro, mais aussi tout à fait compréhensible pour des lycéens, présente les problèmes de non rivalité et de non exclusivité associés aux biens publics qui conduisent à la tragédie des communs et au dilemme du prisonnier. Vous ne comprenez rien à ce résumé? Normal, regardez la vidéo!

La pandémie du corona virus, la situation des hôpitaux, la saturation des réseaux, l'industrie du disque, la qualité de l'information fournie par les médias sont autant d'éléments divers qui trouvent une cohérence grâce aux éléments abordés.

18 mars 2020

29 février 2020

La Banque Mondiale encourage les Etats à ne pas taxer les entreprises

Post intéressant de C. Kenny et J. Sandefur qui critiquent vertement l'indicateur "Doing Business" de la Banque Mondiale. Cet indicateur mesure la facilité de faire des affaires dans différent pays (création d'entreprise, l'obtention d'un permis de construire, raccordement à l'électricité, transfert de propriété, etc voir la Banque Mondiale pour plus de détails). Le point des auteurs est que la construction de cet indicateur part d'un à priori idéologique considérant qu'une taxation faible est favorable au business et que ce point de vue peut-être particulièrement dommageable pour les pays en développement qui ont massivement besoin de lever des impôts pour financer les besoins importants en éducation, santé etc.

Selon ces auteurs, dans la mesure où les pays se concurrencent pour gagner des places dans ce classement, cet indicateur encourage une course vers le bas des taux d'imposition vers les paradis fiscaux et les pays exportateurs de pétrole.


Ils citent un peu outré le point de vue de Simeon Djankov sur ce point:
"...pensez-vous qu'au Mozambique, au Pakistan, dans la grande majorité des pays du monde, une hausse des impôts se traduirait non pas par de la corruption mais par des investissements et une plus grande efficacité? Non ! Ils vont voler cet argent".

En fait, les deux points de vue sont défendables. Les taxes, comme les dettes d'Etat, ne sont pas mauvaises ou bénéfiques en soi, tout dépend de ce que l'on en fait.

Si l'Etat est un Léviathan qui spolie le plus grand nombre pour le bénéfice d'une élite au pouvoir, inévitablement il est souhaitable qu'une pression à la baisse soit exercée sur ces nations. Si à l'inverse les Etats maximisent le bien-être économique de leur citoyen, une telle concurrence débouchera vers une sous provision de bien public défavorable pour tous.

Donc tout dépend de la fonction objectif des nations. Avec Jacques Le Cacheux, nous avions réalisé une revue de la littérature sur l'optimisation et la concurrence fiscale en Europe dans laquelle nous concluions que pour ces nations cette concurrence était sans doute dommageable, contribuant à une destruction des Etats Providences et à de forte injustices fiscales (les facteurs les moins mobile étant lourdement taxé, i.e. travail et entreprise locale). Le cas de l'Europe n'est cependant peut-être pas généralisable au monde. Ce que l'on peut regretter avec Kenny et Sandefur c'est que si la littérature théorique est très claire sur cette distinction Etat Léviathan/Bienveillant, les études empiriques et les indicateurs (dont celui de la Banque Mondiale), prennent rarement en compte cette dimension qui est pourtant essentielle. Au delà des taxes, ils faut regarder ce qu'elles servent à financer pour faire avancer ce débat (et la construction d'indicateur).





17 février 2020

Une brève sur les épizooties

C'est reparti? Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer plusieurs cas de grippes aviaires dans les basse-cours d'Allemagne (de Pologne, d'Hongrie, de Slovaquie etc) et demande aux éleveurs français et aux chasseurs la plus grande "vigilance" vis à vis des oiseaux migrateurs. En effet lorsque les élevages sont touchés par une épizootie, c'est déjà trop tard, la solution usuelle est de l'extermination pour restaurer la confiance des consommateurs. C'est d'ailleurs dans ces périodes de crise que l'on comprend à quel point la confiance est un rouage essentiel au fonctionnement des marchés car l'on mesure les sacrifices énormes qu'il faut réaliser pour la restaurer.

Grippe aviaire

Le 18 janvier 2018, 2700 canards de la commune de Meilhan ont été euthanasiés suite à la détection du virus de l'influenza aviaire. Ce fait divers représentait le n-ième épisode d'une grave crise qui touchait le département des Landes et le Sud-Ouest depuis plusieurs années. Déjà en 2016, la détection de 69 foyers dans huit départements (Dordogne, Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gers, Hautes-Pyrénées, Haute-Vienne, Lot et Haute-Garonne) conduisait le ministère de l'agriculture a instaurer une procédure de vide sanitaire visant à progressivement vider les élevages de 18 départements. Le Japon, premier importateur mondial de foie gras, instaurait un embargo sur ce produit qui a duré deux ans. A ma connaissance aucune étude économique n'a été réalisée sur cette crise, il y a pourtant beaucoup de chose à apprendre de ces chocs, et de la façon dont de nouveaux acteurs apparaissent, la résilience (ou fragilité) des éleveurs frappés par la crise, les effets des subventions etc.

Fièvre porcine

La fièvre porcine africaine a eu l'année dernière un effet violent sur la production asiatique conduisant à l'élimination de plus de 20% du cheptel chinois (d'après les autorités chinoises). Quel vont être les conséquences de cette crise pour les autres producteurs (y compris européens)? Comme pour la crise de la filière avicole les études économiques sur cette crise reste à réaliser.

Vache folle

L’encéphalopathie spongiforme bovine des années 1990 au Royaume-Uni a sans doute été l'épizootie la plus étudiée. Plus de 2 millions d'animaux ont été abattus, les pertes ont avoisinées les 3 milliards d'euros avec des conséquences économiques au delà du secteur agricole avec une baisse de la fréquentation touristique en Angleterre et en Irlande conséquente, voir notamment Thompson et al. (2002).
La fièvre aphteuse du mouton a aussi fait l'objet de quelques études. Je vous recommande en particulier les travaux de Rault (2013) et Gohin et Rault (2014), chercheurs à l'INRAE qui ont étudiés les conséquences de la fièvre aphteuse en Bretagne.  Leurs recherches révélaient des effets de long terme pour la production et une désorganisation durable de la filière affectant toute la chaîne d'offre, de l'exploitation agricole à l'industrie agro-alimentaire.

Au delà du caractère moral (extermination de milliers, parfois de millions d'animaux), qui pose réellement question, davantage d'études devraient être financées pour évaluer les coûts économiques énormes de ces épizooties et rechercher des solutions alternatives.

EDIT du 18 mars: rétrospectivement, j'aurais mieux fait de faire un post sur les pandémies....

Références

  • Gohin A., Rault A. (2013) "Assessing the economic costs of a foot and mouth disease outbreak on Brittany: A dynamic general equilibrium analysis" Food Policy, 39, pp. 97-107.
  • Thompson, D., Muriel, P., Russell, D., Osborne, P., Bromley, A., Rowland, M., Creigh-Tyte, S., Brown, C., 2002. Economic costs of the foot and mouth disease outbreak in the United Kingdon in 2001. Revue Scientifique et Technique de l'Office international des Epizooties 21, 675-687.
  • Rault, 2013. Conséquences et gestion des risques sanitaires épidémiques: application à la production animale Bretonne. Thèse Agro-Campus Ouest, Université Européenne de Bretagne.



10 février 2020

Regional Trade Agreements in Africa

Trade between African countries only represents 15 percent of their exchange with the world. This a small percentage in comparison with other continents: internal trade between North American countries represents almost 50 percent of their total trade, similar numbers can be found for Asia, and to a lesser extent for South American countries (around 30 percent).

This is is all the more disappointing given that for more than forty years, African countries have enforced different Regional Trade Agreements (RTAs) going from free trade areas, to common markets, to political and currency unions and finally to monetary unions.

Can we conclude from these prima facie evidences that RTAs have been inefficient? We don't think so, there is a long list of individual and bilateral variables that can explain the weak continental integration (specialisation patterns, regional or civil conflicts, preferential agreements with developed countries, etc) that must be controlled before concluding on the usefulness of RTAs.

In our study, working with historical data on international trade, we use a dummy of RTAs that varies over time enabling us to control for the various variables explaining trade by using country pair, importer-year, and exporter-year fixed effects. All the aforementioned RTAs in Africa enforced between 1955 and 2014 are analyzed.

We find that the effects of RTAs have been strong but the bulk of this trade creation occurred between 1955 and 1990. Regarding the nature of RTAs, while Economic Integration Agreements (EIAs) still favour trade in Africa, there was no trade creation coming from Free Trade Agreements between 1990 and 2014. In that period, when the heterogeneity of RTAs are taken into account, RTAs in general (EIAs and FTAs) have no effect. This lack of impact can have different causes, among which the content of the RTAs that has changed over time.

Behind-the-border policies

Many recent RTAs in Africa include rules on capital mobility, competition and on environmental policies introducing hidden protection that may be detrimental for trade. As argued by Rodrick (2018) “free trade agreements” are less about “free trade” and more about behind-the-border policies (regulatory standards, investment etc) driven by rent-seeking behavior of well-connected firms that lead to inefficient trade agreements. We contend that this hypothesis does not apply to Africa. RTAs that include behind-the-border policies do not significantly deter trade there.

Home Market Effect in Africa?!?

Another reason explaining why contemporary RTAs have limited effects, may be found in their redistributive effects between members, improving the terms of trade of some countries at the expense of others. In relatively large countries, economies of scale due to the domestic market size may explain why RTAs have fostered the creation of a disproportionate numbers of activities in these countries and not elsewhere. In colloquial terms, this analyzis refers to the literature on the “Home Market Effect” (Krugman, 1980; Crozet and Trionfetti, 2008; Costinot et al., 2017). This theoretical hypothesis has not yet been tested for Africa since the continent is rightly viewed as being highly specialized on a limited number of agricultural goods. There are however some countries in Africa that may have attracted industrial activities in the way described by Krugman (1980). Indeed the industrial sector in Africa, is still underdevelopped but has known a particular increase as illustrated by the export of industrial goods of African countries.




Beyond that effect, we also test the “Hub Effect Hypothesis”: with regional trade integration, a country with the best access to other markets can become a platform for exports, attracting and creating activities at the expense of countries with poor international networks (Puga and Venables, 1997; Ossa, 2011; Mossay and Tabuchi, 2015). Overall we find that there is no home market effect due to RTAs, however some hub effects are observed.

This is more or less the introduction of our paper, if you are interested by the details, you can find the paper here:

Fabien Candau (UPPA), Geoffroy Guepie (ONU) & Julie Schlick (CEPII)
Moving to autarky, trade creation and home market effect: an exhaustive analysis of regional trade agreements in Africa. Pages 3293-3309 | Published online: 14 Feb 2019 (also the wp version here)

We are currently working on a more in-depth analysis of this topic which is under revision in the Journal Development Economics, so stay tuned!

06 février 2020

The blog is dead, long live the blog!

A quelques jours près, il y a 10 ans je créais ce blog. Quelques mois plus tard, Elisa Dienesch me rejoignait dans cette aventure. Nous avons beaucoup écrit au début et puis, plus récemment, le rythme s'est ralenti en raison des différentes responsabilités que nous avons pris dans nos universités. Mais je ne lâche pas l'affaire, ce blog est utile pour nos étudiants sur pas mal de questions (non pas parce qu'elles ne sont pas traités ailleurs, c'est juste parce "ça risque de tomber à l'exam!").
C'est donc reparti pour 10 ans sur les mêmes bases à quelques lifting près. Tout d'abord, j'abandonne le nom de "Blogage Economique" qui avait été choisi parce qu'à l'époque il y avait un "bavardage" intéressant entre blogs et aussi entre auteurs et lecteurs dans les commentaires qui méritait ce terme nouveau. Or ce blogage a fait long feu. Nous partons donc sur "Le Post Economique" qui est plus parlant.
La ligne édito sera la même, soit de l'économie internationale principalement, avec quelques escapades en économie de l'environnement, économie du développement, économie urbaine et en justice économique. 
Pour fêter nos dix ans, j'ai retravaillé quelques billets en faisant le petit travail d'édition suivant: l'archive HAL propose désormais une rubrique article de blog, j'ai donc testé la fonctionnalité en éditant quelques articles en pdf avec une jolie mise en forme, cela pourra être utile à nos lecteurs pour stocker ou imprimer nos posts.

Voici donc:
En route pour le changement climatique!
Le Centre et la Périphérie 

A très vite!

PS: de nombreux blogs institutionnels sont apparus récemment que nous conseillons vivement à nos lecteurs dont le blog de l'INSEE et le blog de l'IPP.  

24 septembre 2019

Leah Platt Boustan

Très intéressante présentation de Leah Platt Boustan sur les migrations internes. Leah Boustan est une économiste-historienne qui a beaucoup travaillé sur les migrations noires Sud-Nord au sein du "melting-pot" américain. J'avais particulièrement apprécié son bouquin "Competition in the promise land" où elle décrit à la fois le formidable espoir lié à cette migration interne qui a permis à une grande partie de la population noire de quitter le Sud (dans les années 30 environ 75% des noirs américains vivaient dans le Sud cad dans les onze Etats confédérés, le Kentucky, l'Oklahoma et la Virginie occidentale) et d'obtenir des salaires bien plus élevées dans des villes comme New York, Pittsburgh où Détroit, mais aussi les conséquences de ces migrations sur les noirs déjà présents qui ont directement subi une concurrence plus forte et une baisse de leurs salaires. Elle présente aussi de nouvelles estimations du "white flight", la fuite des blancs liée à un nouveau voisinage noir expliquerait un quart de la péri-urbanisation des blancs (et donc de la ségrégation avec des villes caractérisées par des centres noirs pauvres et des banlieues blanches riches).

Dans la vidéo qui suit elle fait une revue de la littérature beaucoup moins historique (et moins axée sur les USA) concernant les gains migratoires à l'intérieur des pays et souligne l'importance du matching entre les qualifications des migrants et les caractéristiques offertes par les villes ainsi que les effets de réseau. La discussion qui suit la présentation est, ce qui est rare, toute aussi intéressante.


18 juillet 2018

Les politiques ne servent à rien?!

Un post très court pour signaler deux articles, le premier, d'Easterly et Pennings (2018) analyse la contribution de régimes plus ou moins autoritaires à la croissance économique des nations. Les dirigeants de ces régimes sont souvent vus par leurs défenseurs comme des leaders économiques permettant le développement, i.e. de "grands visionnaires". A l'inverse les opposants, voient dans ces dirigeants, des "fossoyeurs économiques" qui détournent les richesses économiques des nations à des fins personnelles.

Sans aller jusqu'à dire que ces leaders ont été insignifiants, l'étude d'Easterly et Pennings (2018) montre que ces leader n'ont pas eu, dans une grande majorité de cas, d'effet significatif sur la croissance économique, ni positif, ni négatif.

Dans le même style, Donald Trump se targue d'être à la source de la croissance américaine actuelle. Ses opposants prédisent à l'inverse fréquemment une apocalypse proche imputable à ses décisions. Born et al. (2018) ont étudié l'effet Trump sur la croissance et...suspense... ils ne détectent rien. L'économie américaine trace sa route, son sentier de croissance ne semble pas être affecté par son président.

Evidemment, la méthodo de ces papiers est discutable, mais l'idée d'étudier la contribution des chefs d'état est bonne, d'autant plus qu'elle permet de relativiser la performance des hommes providences.

F.C.

PS: pour les 100 ans de sa naissance, aujourd'hui une petite citation d'un homme providence, dont l'intelligence a justement été de penser qu'il ne pouvait rien faire sans les autres:

"A good leader can engage in a debate frankly and thoroughly, knowing that at the end he and the other side must be closer, and thus emerge stronger. You don't have that idea when you are arrogant, superficial, and uninformed." N Mandela

19 juin 2018

Guerre commerciale éclair


Guerre commerciale?!? Il y a quelques mois à peine, ce terme évoquait les pages jaunies et peu lues de quelques historiens économiques aux tomes effrayants (Bairoch). Qui se souvient des guerres commerciales franco-italienne (1886-1898), franco-suisse (1892-1895), germano-russe (1893-1894)? Tout au plus, pourrait-on écrire quelques phrases sur la crise de 1929 et le Hawley-Smoot Tariff Act (si vous êtes intéressé par cette loi, lire absolument D. Irwin) visant à protéger les entreprises américaines de la concurrence étrangère, qui lui-même a conduit à des représailles en cascade. Sans doute a t-on longtemps rangé ces guerres commerciales dans le placard de l'histoire grâce à une conclusion un peu simpliste: ayant constaté les méfaits de ces guerres commerciales, les nations se regroupent et signent le GATT qui deviendra l'OMC avec comme principal objectif d'éviter ces situations non coopératives qui diminuent le bien-être de tous. Pour beaucoup d'observateurs, l'OMC et ses règles de réciprocité et de non discrimination ont assuré la paix commerciale.

Le POTUS n'est pas d'accord et répète en boucle sur Fox:

"The trade war was started many years ago by them and the United States lost... We lost $500 billion in trade deficits last year. We can't do that." Trump, le 16 juin 2018

En fait il parle peut-être, soyons généreux, d'une sous-évaluation du Yuan qui aurait permis à la Chine d'être un peu plus compétitive que le niveau de compétitivité lié à ses fondamentaux. Car en fait s'il n'y a pas eu de guerres commerciales depuis longtemps, il y a bien eu plusieurs guerres des monnaies (au passage l'euro nous a permis de sortir de cet autre jeu sous-optimal que sont les dévaluations successives).

Pour Trump, une guerre commerciale, ce n'est pas une politique désuette au relent mercantiliste qui a démontré son inefficacité, c'est un outil politique qui lui fait marquer des points auprès de son électorat. Il utilise les tarifs à des fins populistes.

Que va t-il se passer? D'après Trump: "trade wars are good, and easy to win. Example, when we are down $100 billion with a certain country and they get cute, don’t trade anymore-we win big. It’s easy!"



Mais d'après quelques rares études économiques (Ossa, 2014; Nicita et al. 2017) les tarifs pourraient augmenter entre 20 et 60% suivant les pays en cas de guerre commerciale mondiale, ce qui pourrait entraîner (mais alors là attention, c'est de la haute spéculation) une baisse de la croissance mondiale allant de 1 à 2% selon Krugman et évidemment des pertes bien plus conséquentes pour l'économie américaine. Une guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis ne devrait impacter l'Europe qu'indirectement (Krugman sur-estime sans doute les pertes au niveau mondial) via une baisse de la demande américaine.

Mais si guerre commerciale il y a, ce sera une guerre éclair et ce pour une raison simple, ces guerres sont rapidement trop couteuses. Pour illustrer, prenons un exemple concret, qui sans être original (détaillé par C Rampell et repris depuis dans différents journaux), est révélateur: les machines à laver. En janvier, Trump annonce une forte augmentation des tarifs sur ces produits, principalement pour sauver Whirlpool, c'est à dire du made-in-america garant d'emplois et d'innovation, on vous le dit:

“We hope that the tariffs will ensure the highest level of innovation” Aaron Spira, Whirlpool’s chief legal officer

Dans les faits, c'est une hausse inédite de 17% du prix des lave-linges.

Alors certes, des emplois ont été sauvegardés, mais si vous sommez ces 17% sur les 10 millions de machines à laver vendues par an vous obtenez une somme qui dépasse largement les salaires versés, en bref une telle politique est extraordinairement coûteuse. L'histoire devient encore plus incohérente, si l'on songe que les taxes sur l'acier annoncées par Trump vont renchérir le coût de fabrication de ces machines.

Pour parachever l'illustration, il est évident que la meilleure stratégie de représailles des "partenaires" est de taxer les machines à laver américaines (déjà annoncée par la Chine). Bye, bye les emplois sauvegardés...

Bref, les pertes nettes des guerres commerciales apparaissent rapidement et en principe elles ne durent pas longtemps, celle engendrée par le Hawley-Smoot Tariff Act s'est cloturée deux ans plus tard avec le Reciprocal Trade Agreement Act, dans l'intervalle le monde s'est appauvri.

F. Candau




31 mai 2018

Les meilleurs livres de microéconomie pour des L1?

A la fin de mon cours, un (petit) groupe d'étudiants de L1 m'a demandé de leur conseiller des livres de MICRO pour les VACANCES!? Partant du constat que certains étudiants ne lisaient pas assez, le responsable d'année m'a aussi demandé une sélection de livres faciles à lire.

L'idéal serait un ouvrage qui reprendrait tous les chapitres enseignés de façon littéraire, dans un style riche et qui donnerait du sens à la matière. Par exemple un bouquin sur le consommateur et le producteur qui discuterait des préférences et des isoquantes en rendant cette partie du cours palpitante serait parfait! Faut pas rêver, cela n'existe pas. Il existe par contre de bons ouvrages sur les marchés, leurs défaillances, sur la concurrence imparfaite et les biais cognitifs.
Spontanément je conseillerai pour son côté facile à lire:

  • L'économie est un jeu d'enfant de Tim Harford. 
Mais il y a sans doute mieux. N'ayant pas d'idées radicalement différentes, j'ai fait appel aux réseaux sociaux, voici donc de bons conseils de lecture (par ordre chronologique des réponses à ma question sur twitter):
  • L'économie de marché, de Guesnerie, conseillé par @econoclaste avec cette première page qui donne effectivement envie de lire la suite:

  • Les habits neufs de la concurrence de François Lévêque, toujours par @econoclaste qui commente "récent, sympa à lire, plein de sens. Mais pas en mode intro comme le Guesnerie. Concurrence imparfaite appliquée au vrai monde".
  • Du bazar à la corbeille - Une histoire des marchés de John McMillan par @Undercoverhist qui "insiste sur le MacMillan, pas très connu en France mais complètement littéraire et très bien écris: voir les commentaires sur la VO" et conseille aussi les ouvrages de Robert Frank dont La course au luxe.
  • Economie du bien commun de Tirole a aussi été beaucoup proposé, c'est cependant un ouvrage qui, de part ses références multiples et son souci de rigueur, est peut-être plus adapté à un niveau L3. 
  • Microeconomics, a very short introduction, de Dixit, conseillé par @anace. Si l'anglais ne vous fait pas peur, Dixit conseille à la fin de son ouvrage plusieurs autres livres sur chacun de ses chapitres (le premier qu'il cite est le McMillan, il y a aussi le Harford).
  • des romans? Il y a les policiers de Marshall Jevons, tels que Meurtre à la marge ou Equilibre fatal conseillés par @Marion_Gaspard, c'est "amusant sur comment raisonnent les économistes, mais pas très bien écrits (pour des romans policiers)".
  • Freakonomics de Levitt et Dubner, conseillé par @PhilDelacote et @macnana.  
  • Pas de pitié pour les gueux de Cordonnier, via @ZemmourMichael, vous trouverez une recension critique de l'ouvrage par Stéphane Ménia ici
  • Pourquoi lire un livre, alors qu'il y a carrément des collections? Le @captaineco_fr en mode conseil de lecture : "sur les incitations et le comportement des individus, "Nudge" se lit bien et est traduit en FR. Sinon globalement la collection "PopEconomics" est sympa". 
  • Côté théorie des jeux, il y a le Poundstone d'après @ladej qui conseille par ailleurs les stratégies absurdes: comment faire pire en croyant faire mieux
  • Pour de la micro underground lire Les gangsters de l'économie de Raymond Fisman et Edward Miguel et Pour en finir avec les mafias d'Emmanuelle Auriol conseillés par @IPRArnould
  • Une liste dans la liste: @adelaigue nous conseille 5 ouvrages proposés par Harford (et confirme le McMillan).
  • Pour conclure, @ABelgo_optimum propose d'ouvrir aux Esprits animaux d'Akerlof et de Shiller.
Bonne lecture, si vous avez d'autres idées, écrivez (@blogageco), je compléterai.

Un grand merci à tous ceux qui ont participé et proposé des ouvrages.

27 juin 2017

Pollution Havens are not a Myth!

This column argues that laxer environmental standards significantly explain the location choice of polluting affiliates. Both globalization and corruption open the door of Pollution Havens.
------
Fabien Candau, Elisa Dienesch
With the withdrawal from the Paris climate agreement, Donald Trump opens a dangerous Pandora's box for the environment. Is it possible that the world’s second largest emitter of greenhouse gases also becomes the world's new favorite pollution haven?
It is beyond the scope of this column to predict firms behaviors on that topic and to analyze the American case in particular, but in a recent paper (Candau and Dienesch, 2017, JEEM), we characterize the main features of pollution havens: lax environmental regulation, good market access to high-income countries and corruption opportunities. We analyze the location choice of European-controlled enterprises and we find new results concerning the Pollution Havens Hypothesis (PHH).
When considering the impact of environmental standards on relocation of multinational firms, economists tend to dismiss their significance. Some authors have even advocated that the flight of physical capital in countries with laxer environmental standards is a "popular myth" or a delusion. They argue that 1) the cost of environmental norms is too small to cause relocation 2) countries with lax environmental standards have repulsive characteristics such as poor institutions and bad governance which represent a cost for multinational firms.
We revisit this question, showing instead that pollution havens are a reality fostered by globalization and bad governance.

Pollution Haven, from the myth to the reality

In the early 2000s, it was quite common to dismiss the existence of pollution havens by underscoring that there is no evidence of this hypothesis. Laxer environmental standards could not significantly explain the location choice of polluting plants. 
However a growing number of articles have successfully found this effect for inward, outward, and outbound foreign direct investments (FDI) in the context of the United States (see Rezza (2014) for a meta-analysis). While the discussions on PHH have thus far relied to a great extent on data from the United States, a similar analysis for Europe has been neglected. This is surprising since the European environmental policy has been quite active over the past few years. Furthermore, Europe and its neighborhood have changed; post-communist economies (central and eastern European countries, Russia, and China) as well as partners in Maghreb (e.g., Tunisia and Morocco) have now reached an intermediate level of bad governance - good enough to conduct business (e.g., without risk of expropriations) but still poor enough to allow businesses to pollute with unspoken license. Lastly, access to the European market has been vastly improved thanks to multilateral, regional, and preferential trade agreements, which make relocation outside Europe and/or at its periphery less costly. As a result, Europe is the perfect field to analyze the PHH and its interaction with governance and trade integration.

Market Access

Countries with stringent environmental rules have advantages that can overtake the environmental cost (e.g. better infrastructures, larger market size, better endowment in human capital etc). In order to operate in the largest markets, firms agree to pay the highest environmental costs, but if these costs are excessive, they move out of their “green fortress,” particularly if they can secure access to consumers from a peripheral location and follow laxer environmental standards.
By improving market access to developed countries from pollution havens, globalization erodes the advantage of locating plants close to the point of consumption. Market access is thus a central variable to understand the reason behind the change in locations of polluting firms.
Our results show that firms are motivated to reach new markets through the market potential offered by the partner while a good market access from Europe retains activities. There are multilateral gains provided by the destination. Relocation is also clearly motivated by the market potential offered by European nations themselves in their own markets, matching the fragmentation process and the need to re-import cheaper inputs from abroad.

Corruption

It is true that countries with lax environmental standards have repulsive characteristics such as poor institutions and bad governance which represent a cost for multinational firms. However, for polluting firms, this negative and direct effect, is balanced by a positive and indirect one:  corruption can be a tool to reduce the stringency of environmental policies (we call this the "Corruption Paradise Hypothesis").
Challenging the potential endogenous bias of environmental regulation and the ambiguous role of corruption on location choices with an original two-step procedure, we find evidence that corruption indirectly increases the number of relocations of polluting firms to pollution havens

Conclusion

Market access matters to explain Pollution Havens, this leads to a logical question: does protectionism the cheap way to reduce relocation? We are skeptical, according to our estimate, the protection of the European market (e.g., a carbon tax on imports) to stop relocations to pollution havens must be high (a decrease of the European market for Morocco and Tunisia equivalent to 13%) not to say prohibitive (31% for China), which will have substantial effects on firms competitiveness and on consumers welfare. A global agreement on environmental standards is the obvious solution, but it is also obvious that it is an utopia. More certainly local fights and solutions can be found, but the future looks definitely less bright with validations of the Pollution Haven Hypothesis than without.

Reference:

F Candau, E Dienesch, Pollution Haven and Corruption Paradise, Journal of Environmental Economics and Management, Volume 85, September 2017, Pages 171–192. 

(Working paper available here, older version at ideas)